Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 28 septembre 2020

Devoir de Lakevio du Goût N°50

devoir de Lakevio du Goût_50.jpg

Là j’étais vachement heureux !
Oui, maintenant j’ai appris « vachement » à l’école !
J’étais heureux parce que j’avais réussi à désobéir !
J’allais me faire disputer, c’était sûr mais quand même, j’aurais désobéi…
D’abord, j’avais pris le pain chez Marion et ça, c’était grave.
D’après maman, c’était même vachement grave.
Maman n’aimait pas du tout la dame de chez Marion.
Elle disait qu’elle regardait papa d’une façon qui ne lui plaisait pas du tout.
Elle disait aussi « Pfff… Elle fait du pain moulé ! Du pain moulé, je vous demande un peu… »
Mais nous on aimait bien, mes sœurs et moi.
La « moyenne », elle se faisait toujours disputer parce qu’elle mangeait toujours le croûton en revenant à la maison.
Maman détestait ça, elle disait toujours « D’abord, le pain, c’est à table ! Et on le demande ! »
Après, elle soupirait en secouant la tête et en regardant « Souricette », ma sœur « moyenne » et disait « Le pain frais ce n’est pas bon pour la digestion ! Il faut attendre, d’ailleurs il en reste ! »
Ça, « le pain d’hier » j’en avais un peu assez.
On en avait tous un peu assez.
Même mon père mais il ne disait rien, il mangeait « le pain d’hier » parce qu’il était fatigué.
Normalement, on devait toujours prendre le pain chez Galy.
J’en profitais pour manger du « pain frais » après que ma « sœur moyenne » ait pris le croûton.
Ça ne se voyait pas alors j’étais bien content.
D’abord parce que ma « sœur moyenne » se faisait disputer à cause du croûton et pas moi.
Et ça c’était drôlement bien parce que « Souricette » piaillait beaucoup et maman disait toujours « Mais qu’est-ce que vous lui avez fait encore ! »
Et même si c’était rien on était quand même puni, ma petite sœur et moi.
Mais aujourd’hui, c’est bien : J’ai désobéi !
Mais je ne sais pas si je prendrais toujours le pain chez Marion parce que quand même, on n’avait pas le droit…

Commentaires

Oui, je crois que tu étais ce gamin là : content de désobéir. Surtout à ta mère ! Je sors...
A Paris comme en province, le pain c'était sacré de ce temps là. D'ailleurs j'en parle aussi chez moi.

Écrit par : Yvanne | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Yavanne nous conte une affaire de "honte de la famille" que j'ai trouvé assez chouette.
C'est là :

http://yvanne19.canalblog.com/archives/2020/09/28/38558776.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Adrienne nous rappelle que quand on est enfant, on ne s'amuse pas tous les jours.

C'est là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2020/09/28/x-cest-linconnu-75

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

vilain garnement, même pas tiraillé par sa conscience ;-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Alainx nous montre que nous ne sommes pas toujours si seuls qu'on pense.
Et il le dit bien, très bien même.
C'est là :

https://alainx3.blogspot.com/2020/09/avec-soins.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Emilia-Celina nous montre un détail important : le plus important est aimer et être aimé.
Chouette histoire qu'elle raconte ici :

http://emiliacelina.canalblog.com/archives/2020/09/28/38556928.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Fabie nous dit que c'est l'anniversaire de la mère du petit garçon.
C'est là :

http://monparcourscancerdusein.eklablog.com/anniversaire-a202296310

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Quelle belle évocation de ton enfance.
Tu excelles sur ce terrain. Je veux dire tu éveilles la nôtre d'enfance. C'est ça le talent.
Je me suis souvenu du « pain d'hier », et que je faisais des trous dans la mie. Je tentais de les boucher avec un autre morceau de mie. Et la phrase de mon grand-père : « du pain c'est du sang ».

Écrit par : alainx | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Gwen nous dit qu'elle n'a pas, comme Heure-Bleue et moi, la chance d'avoir plusieurs véritables "artisans boulangers" qui font du vrai pain avec de la vraie pâte faite dans leur pétrin.
C'est un des avantages de Paris.
Elle nous raconte son malheur de mauvais pain ici :

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2020/09/27/38557710.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue fait une version d'Illusions perdues" plus brève que celle de Balzac mais aussi intéressante.
Et plus drôle.
C'est là :

http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2020/09/28/devoir-de-lakevio-n-50-3154107.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Je ne connais ni Galy, ni Marion mais grâce à toi, je connais le pain de la veille.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Vachement bien écrit et vachement gai à lire ! Chez moi, c'est plus classique ;-) : http://le-gout-des-autres.blogspirit.com/archive/2020/09/27/devoir-de-lakevio-du-gout-n-50-3154102.html

Écrit par : Passion Culture | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Avec le bon lien, c'est encore mieux : http://passionculture.be/2020/09/28/r-comme-ronis/

Écrit par : Passion Culture | lundi, 28 septembre 2020

Ca sent le vécu ton histoire... D'ailleurs, je te lis depuis assez longtemps pour savoir ce qu'il en était dans ta famille.
Dans ma jeunesse, le pain était vendu au poids, et la boulangère ajoutait toujours un ''peson'' pour faire les ''3 livres'' de notre pain quotidien (je ne suis pas sûre du mot ''peson'', mais je n'en ai aucun autre en mémoire)

Écrit par : Gwen | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Passion Culture nous donne une version "up to date" du Petit Chaperon Rouge" ici :

http://passionculture.be/2020/09/28/r-comme-ronis/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Aaah, voilà de la lecture pour ce lundi matin (sans ascenseur et sans chauffage)... J'aime bien ton histoire de pain d'hier... Je vais relire et puis découvrir les autres textes.

Moi, j'ai brodé sur une amitié de jeunesse de mon père o:) ça fait remonter mon texte aux années 30... c'est ici : http://uerbauolant.canalblog.com/

Écrit par : Pivoine | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Pivoine nous raconte la joie d'aller chez la mère de Louis.
C'est là :
http://uerbauolant.canalblog.com/archives/2020/09/28/38559004.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

C'est fou comme tu te rappelles de tes souvenirs d'enfance...et, comme dis AlainX (pas le mien), tes souvenirs ravivent les nôtres. J'aimais bien aller chercher le pain, ça faisait une sortie vu qu' on sortait rarement de notre trou. Nous étions des sauvageons et on enviait les enfants du bourg. Imagine l'impression que j'ai eu quand je suis allée pour la 1ere fois à Paris. Dans le village de ma mère, plus de boulanger. Même si le pain était dégueu, ma mère se faisait un devoir de l'acheter tous les jours et si la boulangerie était tristounette, ça faisait un commerce ouvert...Sur la fin de sa vie, c'est à la poste qu'elle allait le chercher.

Écrit par : julie | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Ah oui, j'ai fait mon devoir, un devoir plus court que mes commentaires. Est-ce grave docteur ?

Écrit par : julie | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Colombine voit bien toutes les petites choses peu reluisantes dont nous sommes tous coupables dans notre enfance...
C'est là :

http://demainestunautrejour.eklablog.com/enfance-a202358956

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Juliette nous fait en peu de mots le panégyrique de Julian Alaphilippe.
S'il avait été Normand, je ne suis pas sûr qu'elle y aurait consacré une note... ;-)
C'est là :

http://cearriveenfrance.over-blog.com/2020/09/le-devoir-du-lundi-enfant-heureux.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

joliment raconté, ça sent le vécu !

Écrit par : ang/col | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Autrefois, désobéir était un luxe, c'est pour ça que c'était "vachement" bon... De nos jours l'enfant qui désobéit n'a même pas de plaisir... tout est pardonné... d'avance..

Écrit par : tanette2 | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Tout d'abord merci de t'être "inquiété pour moi et aussi d'avoir choisi cette belle photo pour ce devoir de reprise pour moi. Ainsi tu joins l'utile à l'agréable si je puis dire : profiter de la situation pour te venger de Souricette et grignoter du bon pain bien frais !
Tu trouveras ma participation ici, comme les autres fois.
http://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/

Écrit par : delia | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Delia nous dit que finalement, l'enfance des années cinquante et du début des années soixante a été partout la même dans les familles peu aisées.
Que ce soit en ville ou à la campagne...
C'est là :

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/2020/09/la-surprise-de-jojo.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

C'est la 50ème consigne d'écriture. Je n'aurais pas voulu rater cela.
Et je pense que ça vaut bien un GRAND MERCI le Goût.

Écrit par : Yvanne | lundi, 28 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

j'étais sûre que ton texte serait : ce qu'il est !
Je ne suis pas déçue!

Écrit par : Emiliacelina | mardi, 29 septembre 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire