Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 09 février 2021

Les mots et les choses…

CU4219.png

Les mots et les choses…
Hier j’écoutais les informations du soir dans la cuisine en préparant le dîner.
Un instant je suis resté rêveur à écouter mon « truqueur à piles ».
Il y était question de la vague de froid qui s’abattrait incessamment sur la France.
Pire encore, sur la partie de la France où j’habite !
Je n’étais pas content et j’avais déjà froid.
L’idée d’avoir encore plus froid me poussa à avoir une pensée idiote.
Du genre « Ah ils m’ont bien eu avec leur réchauffement climatique ! »
Ça ne dura que le temps de la formuler car je ne suis pas idiot au point de confondre le climat et la température moyenne de la planète avec le temps qu’il fait dans la semaine.
Puis, d’un coup mon attention fut attirée par une de ces phrases tarabiscotées dont l’époque est friande.
J’entendis sortir du poste une voix tout à fait neutre proférer « le Plan grand froid va être activé dans le nord du pays car des risques d’hypothermie sont présents parmi la population des gens en grande précarité ».
Et là, je fus frappé.
Pour avoir entendu maintes fois l’appel de l’abbé Pierre à la radio en 1954, autrement claire, cette voix détachée parlant de façon lénifiante de risques d’hypothermie pour les SDF m’a semblée tout à fait hors de la réalité.
C’est sans doute pour éviter ce déferlement d’émotions, tout à fait irrationnelles chez l’auditeur et préjudiciable à son rythme cardiaque, que la novlangue existe.
Il est vrai que « le Plan grand froid va être activé dans le nord du pays car des risques d’hypothermie sont présents parmi la population des gens en grande précarité » est autrement sérieux et soporifique pour la population que « La vague de froid va voir mourir de froid nombre de sans-abri. ».
On ne dira jamais assez l’intérêt de procéder par périphrases et euphémismes.
Un peu comme le cambrioleur, serré par les chaussettes à clou qui donne une explication fumeuse du genre « la vitrine était cassée, m’sieur l’agent ! Alors de peur qu’on ne vole ce bijoutier, je suis entré et j’ai gardé la main sur les bijoux, vous comprenez ? »
C’est sans doute ce qui pousse les divers rédacteurs de discours officiels ou de bulletins d’information à se dire devant leur clavier « Bah ! Pourquoi user de dix mots quand un millier suffit… »
Et je me rappelle soudain que l’abbé Pierre avait aussi dit, bien des années plus tard « Gouverner, c’est d’abord loger son peuple. »
Il me semble bien qu’il n’avait pas parlé d’engraisser les agents immobiliers ou les bailleurs qui louent des galetas à des tarifs qui en paieraient l’achat

Commentaires

Vague de froid, brr.....
Tu sais d'où je te parle ? Du paradis.
Que je t'explique. Depuis 4 jours, je n'ai pas voulu que mon mari allume le poêle à granulés, depuis ma peur de la semaine dernière où des flammes énormes l'avaient envahi... Je l'avais coupé en catastrophe....Je n'ai plus voulu qu'on le rallume. Mais, ce matin, mon mari a dit "on l'allume, tu as vu combien on a dans la maison, 15°, et tu as vu ce qu'on nous annonce les jours prochains ? Il va falloir des heures pour que les radiateurs chauffent la pièce, sans compter la note d'électricité ? Je me suis sauvée de la pièce, tapie à l'autre bout de la maison, en voyant de la fumée envahir le foyer... J'avais pris mon portable et mon poste radio...au cas zou...et me voilà du paradis à te causer..
Je n'ose imaginer ce que deviennent les gens dans la rue. N'est-ce pas un président qui a dit "avec moi, il n'y aura plus personne dans la rue !". Ah, sont forts en campagne électorale avec leurs promesses ! Dire qu'il y a des gens (allez, j'efface le "pas bien fufutes") qui croient en leurs promesses et votent pour eux.
Avec cette vague de froid, on s'aperçoit qu'il y a encore plus de gens dans la rue, sans compter tous les sinistrés du Covid qui vont venir grossir les rangs, avec les faillites, avec la perte de leur boulot..
Et le reste de l'hiver, quand il fait 0°, que deviennent-ils ? Qui se préoccupe d'eux, puisque mon oncle et l'abbé Pierre ne sont plus là pour leur venir en aide ? Non, j'exagère, il y en a d'autres, comme les soeurs religieuses ouvrières, qu'a côtoyé mon oncle, qui continuent le boulot. Merci à tous ces gens méritants, dont on ne parle pas, mais qui agissent dans l'ombre.
Pour moi, ne plus avoir de toit au dessus de la tête, avoir froid, ne plus avoir un petit chez soi, même minuscule, est le pire qui puisse arriver à un être humain. Les marchands de sommeil, faudrait les mettre dans une bassine d'eau à 2° pour leur faire voir ce que c'est qu'avoir froid.. Je va en causer 2 mots avec dieu qui ne se bouge guère ses fesses (de bouc) pour venir en aide aux plus pauvres d'entre les plus pauvres.
Ah oui, merci, le poêle chauffe bien, je surveille les flammes...Y'a pas à dire, être au chaud chez soi, c'est comme être au paradis sur terre. Voilà, j'ai dit le mot "je suis en ce moment au paradis sur terre"..Je ne demande pas grand chose à la vie, avoir un toit sur la tête, avoir de quoi manger chaque jour, pouvoir payer mes impôts....inviter à manger mes petits enfants ? Malheur, surtout pas ça, protégeons-nous, nous les plus fragiles, ne venons pas remplir les hôpitaux. Ont pas besoin de ça...Tiens, là encore, on met des couvre-feux, on ferme tout, pour cacher la misère des hôpitaux. On laisse les vieux mourir dans les Ehpads. Pour eux, pas de place dans les hôpitaux au delà de 90 ans.
Plan grand froid ? Encore des mots savants pour cacher la misère..
Merci Mr le Goût de me réveiller...Je commençais à comatiser..

Écrit par : julie | mardi, 09 février 2021

Répondre à ce commentaire

pourquoi parler simple quand on peut parler........ Parler comment d'ailleurs ? Surtout pas plus compréhensible!

Écrit par : Emiliacelina | mardi, 09 février 2021

La novlangue a atteint la Belgique : nous aussi, nous parlons de plans Grand Froid, chaque commune a le sien. Merci de nous rappeler l'Abbé Pierre !
Ceci dit, comment réagir à l'urgence ? Chez nous, le bourgmestre de Etterbeek sucscite un débat interpellant : les SDF refusant un hébergement de nuit pourront être arrêtés administrativement (https://www.dhnet.be/regions/bruxelles/a-etterbeek-les-sdf-refusant-un-hebergement-de-nuit-pourront-etre-arretes-administrativement-60226f0a9978e227df02ed8f). La question étant : a-t-on le droit de protéger les gens malgré eux ?

Écrit par : Passion Culture | mardi, 09 février 2021

Répondre à ce commentaire

C'est vrai qu'ils auraient dû dire «… car des risques d'en voir crever beaucoup sont évidents du côté des clochards et parasites sociaux devenus improductifs et inutiles à la société »
(et puis espérons qu'il n'a pas pensé sans oser le dire : pourtant ce serait bien une épuration où ils crèvent de froid : en ce cas c'est le froid qui est responsable, pas nous).

Quant au regretté Abbé Pierre, le 1er février 1954 sur les antennes de Radio Luxembourg il avait crié :
— « Mes amis, au secours... Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant hier, on l'avait expulsée...
(...) l faut que ce soir même, dans toutes les villes de France, dans chaque quartier de Paris, des pancartes s'accrochent sous une lumière dans la nuit, à la porte de lieux où il y ait couvertures, paille, soupe, et où l'on lise sous ce titre « centre fraternel de dépannage », ces simples mots : « Toi qui souffres, qui que tu sois, entre, dors, mange, reprend espoir, ici on t'aime »

la messe était dite Monsieur l'Abbé.

Écrit par : alainx | mardi, 09 février 2021

Répondre à ce commentaire

Bonjour Patrice,
je ne connaissais pas la phrase de l'abbé Pierre que tu cites.
"L'abbé Pierre", et aussitôt je pense à cette femme qui l'a bien connu, qui même a mangé à sa table, à moins que ce ne fut l'inverse, les pauvres sont une grande famille
J'en parle ici (saute le1er paragraphe)

http://enviededouceur.canalblog.com/archives/2017/11/12/35859401.html

PS
VDM ça veut dire "vie de m..."
je me suis aperçue en l'utilisant que tout le monde ne connaissait pas cet acronyme

Écrit par : Ambre | mercredi, 10 février 2021

Répondre à ce commentaire

mourir de froid, c'est un vilain mot dans une société évoluée, on lui préfère hypothermie

Écrit par : Adrienne | mercredi, 10 février 2021

Répondre à ce commentaire

Frissons solidaires : Brrr et grrrr !!!

Écrit par : tiniak | vendredi, 12 février 2021

Répondre à ce commentaire

Pauvres gens !
Oui, avant d'être des SDF ce sont des gens. Je dis gens parce qu'avec "personne", on pourrait croire qu'ils ne sont personne.

Écrit par : Berthoise | vendredi, 12 février 2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire