Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 juin 2021

J'aime l'art Dante.

Ce matin, je ne sais pourquoi, j’ai pensé à une dame qui habite en exil.
Enfin... Elle habite là où nous avons habité entre octobre 2013 et octobre 2017.
J’y ai pensé parce qu’elle travaille dans l’administration d’un lycée parisien de bonne renommée et qu’elle s’était proposée d’intercéder en faveur de Merveille.
Mais pas que...
Nous avons passé quelques soirées ensemble jusqu’à notre retour à Paris.
Je me suis aussi rappelé qu’elle avait toujours ce bouquin acheté d’occasion chez l’équivalent japonais de « Leboncoin ».
Las, il fut envoyé à cette adresse de banlieue où cette charmante voisine le récupéra et aurait dû me le remettre au cours d’un dîner ou d’un café.
« Sieur  Covid » hélas tua le projet.
Pourquoi de bouquin me revient il à l’esprit maintenant ?
Je vais tenter de vous dire pourquoi « La Divine Comédie » est le livre qui me semble si important.
Ce n’est pas une mince affaire qu’expliquer pourquoi vous êtes poussé à lire et relire un bouquin, pourquoi il vous a frappé, quels sont les ressorts plus anciens qui vous y ont amené.
Pourquoi il vous a d’abord amené à faire l’effort de le lire alors que vous êtes dans la vie active depuis des années.
À l’apprécier pour ce qu’il vous apporte, le regard qu’il vous amène à porter sur le monde.
Puis à l’aimer.
Je l’avais découvert dans la boutique de ma libraire préférée il y a quarante et un ans.
Je fouinais derrière le grand « meuble-étal-présentoir » des livres de poche.
A l’arrière de ce meuble étaient plutôt entassés que rangés de vieux bouquins qui auraient dû être « retournés » depuis cinq lustres au bas mot.
J’y ai trouvé un vieux « Classique Garnier » qui m’a rappelé les bouquins qu’on avait au lycée.
La Divine Comédie de Dante Alighieri.
Je ne savais alors que trois choses de ce bouquin.
La première était qu’il était censé avoir été écrit en une seule nuit, celle d’un Vendredi Saint si je me souviens bien.
La seconde est qu’il était dévolu à une Béatrice dont j’ignorais tout.
La troisième était que, comme la Bible de Martin Luther était la source de la langue allemande, la Divine Comédie était la source de la langue italienne.
Ce qui est bien peu, convenez-en…
Toujours est-il que je me suis plongé dedans.
Avec difficulté au début car mon métier n’était pas propice à la lecture des bouquins en vers tous les jours.
Puis, le rythme pris, la première lecture se passa bien et se contenta de me laisser un souvenir agréable au point de me remémorer quelques tirades que je me récitais dans les embouteillages.
Quelques années plus tard, moins de cinq, je le relus.
Là, les souvenirs affluèrent.
Ceux des cours de latin.
Si vous n’avez pas été obligé de vous taper l’Enéide en VO, vous avez échappé à deux choses.
D’abord un manque d’entrain flagrant pour la lecture de Virgile pendant les cours.
Puis, plus tard, bien plus tard, un éclair de compréhension réelle dans une cervelle plus calme...
Ça, c’est quand vous avez enfin compris que le chemin qui apparaît le plus sympa pour atteindre son but est un piège.
Sale découverte pour un type rétif à l’effort…
Finalement, « La Divine Comédie », c’ est comme la Bible, chacun y trouve ce qu’il y cherche.
C’est un bouquin qu’on peut lire avec diverses visions.
C’est une remarquable construction intellectuelle qui comble de l’adolescence et ses rêves d’absolu à l’âge mûr -ouaip ! ne me regardez pas comme ça, je ne suis pas encore vieux, juste déglingué.
Âge où on sait « qu’on a fait le plus gros » et que « vous qui entrez ici, laissez toute espérance »…
Et ne me dites pas que parle beaucoup pour ne rien dire, je le sais.

Commentaires

je ne l'ai pas lu. Trop paresseuse pour de gros livres touffus.

Écrit par : ang/col | jeudi, 03 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Découverte faite il y a quelques années, peut-être à renouveler par jour de famine, de quoi apaiser l'appétit !

Écrit par : mume | jeudi, 03 juin 2021

Répondre à ce commentaire

J'ai du faire du latin en 6ème, je ne sais même plus si j'en ai fait en 5ème (déménagement en cours d'année), puis j'ai été "classée dans les élèves moyens (alors que j'avais un an d'avance), et en 4ème c'était soit latin/allemand, soit espagnol, on m'a mise dans le deuxième wagon.
Ma foi, j'ai bien aimé l'espagnol. :)

Écrit par : Fabie | jeudi, 03 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Je finis les nouvelles de Buzzati, et je m'y mets. ( c'est dans ma liseuse ).
J'ai bien aimé le Mishima du square des Batignolles. Le tumulte des flots. Il paraît qu'il est unique dans l'oeuvre de Mishima, c'est une histoire d'amour d'adolescents qui finit bien.
L'autre était un polar des plus moyens.

Écrit par : Berthoise | jeudi, 03 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Bonjour Le gout, « La Divine Comédie » a des atouts que m'on ne soupçonne pas à la première lecture. Le temps tourne à l'orage, l'occasion de se poser pour bouquiner un peu ! Bonne fin de semaine !!

Écrit par : Jerry OX | vendredi, 04 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire