Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 juin 2021

Devoir de Lakevio du Goût N° 85

85 ème Devoir de Lakevio du Goût.jpg

Je l’ai repérée, voire reconnue, tout de suite.
Elle m’a évidemment ramené à l’époque où je ne pensais pas à des tas de choses sans intérêt.
Peut-être dans votre mémoire erre un souvenir que, j’en suis sûr, nous aimerions tous entendre.
Raconté par vous il n’en sera que plus chouette.
Alors à lundi…

J’ai ouvert le catalogue de Boubat.
Je le feuilletai d’une souris désinvolte, parti à la vague recherche d’une vue ou d’un visage.
De ceux qui vous intéressent on ne sait pourquoi et vous plongent dans la réflexion, le rêve ou le souvenir.
Sans but donc…
Puis j’ai vu cette fillette, gaie comme un matin de printemps ensoleillé, ébouriffée par je ne sais quel vent ou quelle course folle.
Elle m’a soudain fait franchir les années « à rebrousse-poil ».
Beaucoup d’années.
Énormément d’années.
Probablement plus de soixante.
Cette fillette m’a rappelé Malika, mais seulement par accident.
Un de ces rebonds étranges de l’esprit.
Comme dans un labyrinthe dans lequel on aurait lancé une balle dans une direction mais où le hasard l’aurait menée à des clairières inattendues.
Malika, donc m’est revenue, inoubliable et inoubliée.
Mon premier béguin.
Fillette croisée à l’école maternelle.
Ce n’est pas la fillette qu’on voit sur la photo car Malika avait les yeux bleus et était certes bouclée mais sa mère la coiffait soigneusement chaque matin.
De plus elle avait une peau très blanche.
Je l’ai tenue par la main pendant une année entière.
Tous les jours.
Chaque récréation nous séparait puis la fin d’icelle nous réunissait.
La maîtresse appelait à nous mettre « en rang par deux » devant la porte qui menait aux classes.
La maîtresse disait alors « tenez par la main votre camarade et tenez vous tranquilles ! »
Malika me donnait la main et nous montions l’escalier jusqu’au premier étage.
Une fois dans la classe nous nous asseyions.
Les tables étaient constituées d’une table à deux places, solidaire d’un banc.
Je partageais cette petite table avec Malika depuis le premier octobre.
Je suis resté à côté d’elle jusqu’à la fin de l’année.
Ce dont je me souviens avec le plus d’acuité, c’est cette réticence qu’elle avait à me lâcher la main quand il fallait écrire sur la petite ardoise entourée de bois.
Je n’avais pas plus envie de lâcher sa main.
Je n’aurais jamais osé l’embrasser sur les joues comme je le faisais le matin à mes sœurs.
Je me rappelle qu’elle me regardait avec curiosité, comme surprise de cette réticence à me lâcher la main.
Je le regardait avec admiration, tant ses yeux me frappaient par leur clarté, leur lumière et ce bleu si étrange que je voyais pour la première fois.
Et je ne voulais pas lui lâcher la main.
Mon père m’a dit « elle est mignonne, c’est une petite Kabyle…
Ma mère m’a dit « Mais c’est une petite Arabe ! »
Je n’ai oublié ni Malika, ni mon père, ni ma mère…

Commentaires

J'ai eu une copine au nom kabile. Elle était blonde ,aux yeux bleus et aux joues roses. Sa mère était normande.

Écrit par : Nina | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Ah, les souvenirs de la petite enfance ! Pourquoi, plus de 60 après, voir 70 ans après, ils continuent à hanter notre esprit ? Imagine que tu revoies maintenant "Malika" ! Non, il faut garder les joies simples de l'enfance qui n'ont pas encore contaminé notre cerveau.
Le sourire de cette jolie petite fille m'a fait penser à quelque chose qui a hanté, hante encore mon esprit...le poids des mots, le choc des photos !
ps : alors, finie la séance du dentiste ? Ah le bruit de la roulette qui vrille nos cerveaux. Celle-là, on ne l'oublie pas non plus.

Écrit par : julie | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

C'est trop mignon ! Ces amours d'enfance ont un goût de fièvre et de miel que l'on n'oublie jamais.
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : Célestine | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

PS : tu sais que j'ai fait mon devoir ?
C'était même pas un devoir, c'était un plaisir.
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : Célestine | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

ah! les amours de maternelle ne s'effacent jamais :-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Je suppose que ça dépend des enfants et de leur structure mémorielle.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 14 juin 2021

Trop mignon. Voici le mien : http://demainestunautrejour.eklablog.com/

Écrit par : ang/col | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Oh quel joli sourire, j'en ai vu et aimé de ces sourires d'amour, d'admiration enfantine, de joie en découvrant un bout de vie... Un petit garçon dans une maison d'enfants en Savoie, j'avais 18 ans, une petite fille déposée sur le dos de mon cheval, de ces visages où le bonheur s'exprime avec tant de reconnaissance ! Merci de me les avoir rappelés
Belle journée

Écrit par : marine D | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Il y a des gens inoubliables. Un père, une mère un premier amour, même enfantin, ou alors il faut consulter grave !
Mon devoir est ici : https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/

Écrit par : delia | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

On aurait pu parier que cette petite fille te rappelait Malika ! ;)
Mon fils aîné a eu une petite amie, en maternelle, ils étaient aussi attachés l'un à l'autre, que toi et Malika.
Ils se sont retrouvés il y a deux ans, via les réseaux sociaux, elle est même venue de Suisse pour le voir :)

Écrit par : Fabienne | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Adrienne nous montre comment on passe de la frustration d'un petit garçon à l'informatique.
La férocité incompréhensible de l'humanité est très bien expliquée.
C'est là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2021/06/14/l-comme-lundi

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Célestine nous rappelle que nous avons encore et toujours nos rêves, nos désirs, nos joies et nos tristesses.
Comme dans l'enfance.
Il y a juste la mécanique qui déconne...
C'est là :

https://celestinetroussecotte.blogspot.com/2021/06/nirl-power.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Délia nous dit combien l'enfance de certaines régions est pleine de risques.
Et que, pour différents qu'ils soient, ces risques existent ici aussi.
C'est là :

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/2021/06/rire-aux-larmes.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Fabie nous raconte l'expérience informatique de sa jeunesse.
La petite fille ne lui évoque rien.
C'est là :

http://monparcourscancerdusein.eklablog.com/les-ordinateurs-au-fil-du-temps-a207965276

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Gwen nous conte l'histoire intéressante mais scandaleuse, d'une Malika qu'elle n'a jamais revue...
Et nous dit aussi que les curés sont d'une cécité coupable quand des "vieux" épousent des gamines.
Aparemment, du moment que c'est devant l'autel, c'est permis...
C'est là :

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2021/06/13/39013871.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue, comme d'habitude, appuie sur une plaie d'un doigt à l'ongle féroce...
C'est là :

http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2021/06/14/le-voyage-3254421.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Juliette fait une opposition nette entre deux clichés.
C'est là :

http://cearriveenfrance.over-blog.com/2021/06/le-devoir-du-lundi-les-enfants-devraient-toujours-sourire.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Comme la plume qui clôt le devoir de la Licorne, l'enfance s'envole au gré du vent et des années.
Elle me pousse à me demander qui est le couillon qui a décrété "Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front"
Et qui sont les salauds qui ont décrété "Tu gagneras MON pain à la sueur de TON front..."
C'est là :

https://filigrane1234.blogspot.com/2021/06/devoir-85-cest-quoi-lenfance.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 14 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Très bonne question, que je me pose aussi !

Puisqu'un jour, quelqu'un l'a décrété, ça veut dire qu'il y a eu une époque où ce n'était pas le cas...où l'on pouvait vivre et vivre bien, sans se tuer au travail, sans qu'autrui nous fasse "suer"...
Et ça, ça me fait rêver... :-)

Merci pour ton texte. Moi aussi, j'ai eu un amoureux en maternelle...
c'était le fils du cafetier ... :-)

Écrit par : La Licorne | lundi, 14 juin 2021

Dis-moi si je me trompe... Je crois que tu as parlé de cette petite Malika au début où j'ai découvert vos blogs (avec bonheur !) N'as-tu pas narré tes souvenirs d'enfances il y a plus de quelques années. J'ai recherché dans tes archives mais ai fini par renoncer

Écrit par : Gwen | mardi, 15 juin 2021

Répondre à ce commentaire

J'en ai déjà parlé.
Mes souvenirs d'enfance, j'en ai raconté quelques uns à partir du début juillet 2012.

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 15 juin 2021

J'ai séché les cours cette semaine.
Silence personnel nécessaire.
J'adorais Boubat dans ma jeunesse, rêvais de faire des portraits aussi bien que lui, et d'avoir un Rolleiflex. Je n'ai rien réussi de tout ça…

Écrit par : alainx | mercredi, 16 juin 2021

Répondre à ce commentaire

mais bien sûr! Des-que j'ai vu cette photo j'ai pensé à toi et Malika......c'est un souvenir tellement mignon !

Écrit par : Emiliacelina | mercredi, 16 juin 2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire