Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 novembre 2021

Un monde de voyeurs.

1411621-societe-sommes-nous-devenus-voyeuristes.jpg

J’écoutais à l’instant les « informations » qui sortaient de mon petit paquet de composants électroniques.
J’entends parler de Covid-19, de migrants qui se noient, et de Joséphine Baker.
Et là je sursaute !
Qu’ouïs-je ?
Qu’entends-je ?
Que parvient à mes esgourdes ?
Qu’est-ce qui submerge mes portugaises déjà ensablées ?
Eh bien, j’apprends quelque chose que toute personne adulte est censée savoir.
Que Joséphine était une femme, une femme noire de surcroît, qu’elle avait adopté nombre d’enfants dont elle s’occupait avec tout le soin requis, qu’elle fut une résistante courageuse, une chanteuse de talent et…
Et ?
Et une chose dont personne n’a normalement rien à cirer, surtout qu’elle est morte depuis bientôt dix lustres.
Voilà ce qu’on hurle à la face des auditeurs : Joséphine Baker était « bisexuelle ».
Et là, je m’envoie mon café sur les cuisses !
Mais qu’est-ce qu’on peut bien avoir à faire de ce que Joséphine faisait dans son lit, comment et avec qui ?
Quelle andouille a trouvé un rapport quelconque  entre ses galipettes privées et la raison pour laquelle elle sera admise au Panthéon ?
Mais qu’est devenu ce monde où le souci principal semble être non pas le sort de son voisin mais avec qui il couche ?
Je me demande si les « informations » dont on nous abreuve ne sont pas recueillies en furetant dans les buissons du Bois de Boulogne…
Je trouve absolument indigne de se mêler de ce que font les gens dans leur lit tant que les deux ou plus qui s’y agitent sont tous d’accord entre eux.
Et je trouve scandaleux de le divulguer sur les ondes.
J’ai de plus en plus le sentiment que, de même que le pouvoir tend vers l’abus de pouvoir, la presse tend vers la presse de caniveau…
D’ici qu’on découvre, avec stupeur quand même, que le président de la République a le zob vert fluo, qu’il s’en sert pour arroser son jardin et qu’on l’annonce par voie de presse, il n’y a pas loin.
Bref, on en sait bientôt plus sur ce qui se passe dans les sous-vêtements de ceux qui nous gouvernent que dans leurs cervelles où naissent des décisions qui nous concernent tous…

Commentaires

Leur cervelle ? Mais en ont-ils une seulement ?
C’est sans doute plus facile de parler de leurs caleçons que de leur cortex…
En tout cas tu as raison : c’est très américain de mélanger vie privée et vie publique à tire-larigot…et puis ça fait du buzz, et ça c’est forcément un but ultime de chaque journaleux…
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : Celestine | dimanche, 28 novembre 2021

Répondre à ce commentaire

De fait, cela n'a rien à voir avec le Panthéon (mon dieu! Que le Panthéon était froid !)

Peut-être parce qu'elle a fréquenté... Il me semble, je peux me tromper... Frida Kahlo? C'est ce que le biopic de Frida semblait sous entendre. Eh bien, cela fait les choux gras de Voici, ce genre de potin... Je ne peux juger de son talent, et dans la biographie (en Folio) que je possède, je me souviens surtout de sa vie de résistante (en dépit de la fatigue, des voyages et de ses problèmes de santé).

Écrit par : Pivoine | dimanche, 28 novembre 2021

Répondre à ce commentaire

J'ai tendance à penser qu'il y a bien longtemps qu'elle s'y trouve, la presse, dans le caniveau…
L'intérêt pour les slips des gouvernants et simplement une vérification que pour un dirigeant : sa fonction crée l'orgasme. Actuellement le champ d'observation se focalise sur l'écologie.

Écrit par : alainx | dimanche, 28 novembre 2021

Répondre à ce commentaire

entièrement d'accord avec toi!
(et tu réussis même à me faire rire sur un sujet aussi consternant, merci)

Écrit par : Adrienne | dimanche, 28 novembre 2021

Répondre à ce commentaire

J'ai, moi aussi, entendu ce terme avec stupeur. D'abord, qu'en sait-il ce journaleux ? Aurait-il tenu la chandelle ?
Bon... cela dit, j'ai posté mon devoir en donnant une suite à un précédent devoir d'il y a deux ans et qui avait illustré (si j'ose dire) une toile presque similaire...

Écrit par : Gwen | dimanche, 28 novembre 2021

Répondre à ce commentaire

Bravo Patrice !

Écrit par : Ambre | lundi, 29 novembre 2021

Répondre à ce commentaire

Quoi ? La résistante Joséphine Baker était bisexuelle ? Bon, cela aurait pu être pire ! Imaginez : elle aurait pu être noire ! Enfin, ce n'est pas étonnant, à force de chanter "J'ai deux amours", il fallait que cela arrive. Ceci dit, ce qui est désolant, c'est le fait que des journalistes reviennent sur le sujet au moment où elle entre au Panthéon. Car l'info n'est même pas nouvelle : en 2018, dans son livre " La femme est une dandy comme les autres ", Alister cite Georges Tabet, chef d’orchestre de Joséphine Baker : " Dans les années 30, Joséphine avait de brèves rencontres saphiques avec de jeunes danseuses ".
Au fait, si les journalistes s'intéressent tant aux orientations sexuelles des VIP, je n'ai jamais entendu le moindre d'entre eux révéler que Macron est hétérosexuel... Ce ne serait donc pas vrai ?

Écrit par : Passion Culture | lundi, 29 novembre 2021

Répondre à ce commentaire

Moi j'ai entendu "bisexuelle assumée". Pas très intéressant d'accord mais quand même à l'époque, fallait en avoir du courage !

Écrit par : Stéphanou 23 | mardi, 30 novembre 2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire