Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 10 mai 2015

On marche, pèle, rit, nage…

Hier, on a eu Tornade au téléphone.
Elle tient une forme d’enfer.
Elle est déjà du côté de Cahors. Elle semble prendre du bon temps malgré la chaleur accablante.
Ah ça, c’est sûr que si elle avait entraîné les Hébreux hors d’Égypte, ils n’auraient pas perdu quarante ans à tourner dans le désert.
Elle est partie sur le chemin de Compostelle avec une amie et rencontre d’autres avec qui elle fait connaissance.
Je la connais, je suis sûr qu’elle les traîne et quand ils sont fatigués, elle en prend dans chaque main par un pied et les traîne comme on faisait en accrochant un mécréant au pommeau de sa selle et qu’on le tirait.
Comme Jean-Claude Pascal dans « Angélique et le Sultan »…
Hercule, à côté, fait petit joueur.
Je suis sûr qu’elle n’est pas comme un tas d’autres « faux chemineaux de Compostelle », le genre à marcher quatre kilomètres et faire le reste de l’étape en taxi appelé dès qu’il y a un réseau accessible.
J’en ai vu des comme ça.
Ça part « se retrouver », ça « se remet au diapason de la nature », ça « remet les choses en perspective », ça « donne un sens à sa vie », ça « bobotise » à mort.
Mais pour de faux.
Tornade a deux problèmes.
Un problème de chaussettes chinoises qui, malgré des lavages répétés ajoutent des socquettes rouge vif à ses pieds et chevilles.
Un autre est qu’une ampoule est toujours source de graves problèmes et qu’elle en a une.
Elle m’a demandé conseil.
Je peux, à défaut de vous sortir de l’ornière si vous en avez une, vous dire ce qui va arriver, lectrices chéries.
Vous la percez ? La peau va sans cesse frotter sur la chair à vif qui se trouve au dessous.
Vous retirez cette peau ? C’est votre chaussure ou votre chaussette qui va faire ce douloureux boulot.
Vous laissez en l’état ? Vous pouvez alors avoir la chance d’une résorption longue mais indolore.
Le mieux est de ne rien faire et vous laisser emporter dans les bras d’un chevalier servant.
Mais n’oubliez pas de vous plaindre tout au long du chemin, lectrices chéries.
Parce que je connais bien les chevaliers servants, dès qu’ils ont une femme dans les bras il leur vient des tas d’idées qui mettraient tout le monde en retard…

Commentaires

J'irais bien, moi, sur les chemins de Compostelle.

Écrit par : Berthoise | dimanche, 10 mai 2015

Répondre à ce commentaire

Le titre! Excellent.

Écrit par : mab | dimanche, 10 mai 2015

Répondre à ce commentaire

j'en connais qui ont fait ce chemin. Nous nous l'avons juste vu lorsque nous avons visité le pays basque. Il faisait froid, il pleuvait des cordes. On était contents d'avoir une voiture chaude et étanche. On est des mécréants.

Écrit par : liliplume | dimanche, 10 mai 2015

Répondre à ce commentaire

Je ne vais pas te complimenter à chaque fois hein, mais une fois n'est pas coutume : le titre quel délice.
Compostelle, mon rêve... quoique... j'ai jamais envisagé qu'il pleuve des cordes comme le dit liliplume !
Ta dernière phrase me fait rire ! mais pfff on ne peut pas compter sur les hommes en somme !

Écrit par : Praline | dimanche, 10 mai 2015

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas un truc que je ferai et en premier lieu parce que ça n'a pas trop de sens pour moi

Écrit par : lanabc | dimanche, 10 mai 2015

Répondre à ce commentaire

Les ampoules : cauchemar des jacquets !...

Écrit par : lakevio | lundi, 11 mai 2015

Répondre à ce commentaire

Ça fait déjà un moment qu'il existe les pansements spécial ampoules: "compeed"! Tu n'as pas été de bon conseil!

Écrit par : muse | lundi, 11 mai 2015

Répondre à ce commentaire

Moi je marche...
Je ne me lance pas dans des machins genre se taper des centaines de bornes à pied pour gagner un paradis illusoire où il n'y a même pas single malt !

Ergo, pas une ampoule depuis 1962...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 mai 2015

M'ouais les Compeed c'est nul. Ca fait caoutchouc et puis avec la chaleur ca roule sur les cotes et après tu es oblige de les enlever sans enlver la peau de l'ampoule et la c#est coton... Non perce l'ampoule, desinfecter et un sparadrap.

Écrit par : Yolande | lundi, 18 mai 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire