Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 juin 2015

Quand le shah n’est pas là, les sous, rient, dansent…

Hier, Heure-bleue et moi avons tenté le döner des Batignolles.
Le temps était incertain.
Le goût du döner encore plus…
Ben oui, lectrices chéries, le père faisait les meilleurs döner du quartier.
Le fils qui a fait une école de commerce, fait de la marge nette.
Ça n’a pas du tout le même goût.
Heure-Bleue a toujours prétendu, avec quelques autres ignorants juste branchés « Elle » ou « Télérama », que ce döner était le meilleur de Paris alors que je sais bien que les meilleurs sont ceux des Kurdes et des Turcs du bas de la rue du Faubourg Saint Denis.
Bon, d’accord, celui des Batignolles n’est pas mauvais.
Cela dit, hier il était particulièrement décevant. De la dinde bas de gamme alors qu’avant, même si c’était plutôt du poulet, il avait le bon sens d’y ajouter un peu de viande de veau.
« Tomate, oignon, pas beaucoup piquant » s’est transformé en « sans goût, pas salé, fade, et j’arrache la gueule à la dernière bouchée »
Oui, la cuiller de harissa au lieu d’être parcimonieuse et étalée sur le pain, a été jetée comme une énorme goutte au fond du petit pain.
Heureusement, il y a toujours de petits alea qui agrémentent un repas.
Comme l’inévitable propension de la lumière de mes jours à échapper de petits bouts de viande sur son coupe vent.
Vous pourriez penser « c’est pas grave, il est bleu marine », erreur, lectrices chéries, les petits bouts volants arrivent sur la doublure ivoire. Pile-poil contre la fermeture, histoire d’être sûr que ce sera visible par tous.
La lumière de mes jours était heureuse tout de même d’avoir épargné son chemisier blanc.
Notre numéro de « Carmen et La Hurlette » terminé, nous nous sommes levés pour aller boire un café.
Nous avons traîné agréablement, le nez au vent, dans les rues de son quartier.
Un moment nous sommes passés devant « A la Mère de Famille ».
Un de ces petits congélateurs proposait des glaces.
Mon épouse adorée est tombée en pâmoison devant le petit bac de glace « crème-caramel-beurre salé ».
Un homme, jeune, beau, mat et brun est sorti.
Elle l’a maté comme un gâteau pendant qu’il nous servait deux glaces « petit cornet-une boule ». Elle a pris la sienne sans cesser de le regarder.
Elle aurait dû regarder la glace, pas ce bellâtre. Le chemisier immaculé n’y a pas résisté.
J’ai repris mon chemin, une Heure-Bleue décorée comme un maréchal russe au bras…
Plus loin, je me suis arrêté devant un étalage de vente à la sauvette de faux ustensiles de cuisine « Si si madame, ça cuit sans huile, de la véritable céramique je vous jure ».
Les deux vendeurs, deux « seph’-tunes » ont reluqué ma moitié. Et ont flashé.
Je les ai entendu penser d’ici « Aïe aïe aïe !!! Une « vouz-vouz » ! on va la faire ! »
Les inconscients…
S’ils avaient su le mal que j’ai eu à me vendre et sa « bégueulitude », ils n’auraient même pas tenté de lui demander l’heure…
Nous sommes revenus tranquillement à la maison et nous nous sommes aperçus que ne nous étions pas tus plus de dix minutes entre midi et sept heures.
Je ne sais même pas ce qu’on a bien pu trouver à se dire…

Commentaires

Bonjour monsieur le Goût ;eh bien si vous disposiez une petite nappe brodée sur vos genoux entre vous deux assis sur un banc ne serait ce pas joli tout plein ?
peut être cela te priverait il de cheminer en ville aux côtés d un maréchal russe, et nous d une joyeuse pinte de santé le matin ;alors
Il m arrive fréquemment de me décorer
au début mon Mr propre était plutôt surpris; hum
Bonne journée

Écrit par : epalobe | mercredi, 03 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Je disais à HB que j'avais envie aussi de pousser (moi-même) jusqu'au Parc Monceau. Je veux bien aller goûter sur un banc mais tu apportes les serviettes... car je ne fréquente pas de maréchal russe !

Écrit par : lakevio | mercredi, 03 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue est bégueule. J'aurais pas cru !

Écrit par : Berthoise | mercredi, 03 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue ne supporte pas certains trucs.
Les histoires graveleuses, les regards épais, la vulgarité, des trucs comme ça.
Sinon, elle n'est pas "toiseuse".

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 03 juin 2015

Jamais de ma vie je n'ai mangé de döner, ne suis pas tentée, Pas du tout le goût de l'aventure culinaire

Écrit par : mab | mercredi, 03 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Ah merci ! Quelle joie de vous lire, une fois de plus ! Que c'est bon de "voir" vos images et d'éclater de rire in petto...même si c'est au détriment de HB !!!
Juste une question : "Vous n'avez pas cessé de parler, même en mangeant ?" Ceci pourrait peut-être - en partie - expliquer cela...
Continuez ainsi, c'est visiblement plus qu'agréable pour vous deux et tellement délicieux pour nous, lecteurs !

Écrit par : mia610 | mercredi, 03 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Ah oui c'est mieux.

Écrit par : mab | mercredi, 03 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Nous ne devons plus être très nombreux à nous souvenir de Carmen et La Hurlette ! Quels bons moments ils nous ont fait passer...

Écrit par : Gwen | mercredi, 03 juin 2015

Répondre à ce commentaire

sept heures de causette et tu ne sais même plus ce que vous avez pu vous dire ? J'ai des doutes!

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 03 juin 2015

Répondre à ce commentaire

J'ai tout lu !

Comment pouvez vous parler toute la journée ? Mais de quoi Grands Dieux, alors que vous êtes tout le temps ensemble. Ca me stupéfait !

Écrit par : liliplume | mercredi, 03 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Il y a des matinées où on ne parle pas !

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 03 juin 2015

Écrire un commentaire