Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 24 juin 2015

Le prénom...

Vous savez quoi, lectrices chéries ?
Gamin, mon prénom ne me plaisait pas.
Mais alors pas du tout.
Vous vous en foutez, je le sais…
Maintenant je me suis habitué mais mettez vous à ma place, deux secondes.
A part un copain de pension qui s’appelait « Loïc » et qui me tannait avec la Bretagne, j’étais entouré dans mon quartier d’une foule de Michel, André, Roger, Jean-Pierre, Jean-Jacques et pire, de Philippe.
Je n’avais évidemment pas le droit de parler à la foule des Mohammed, Mouloud et autres Rachid, des fois qu’être arabe, ça soit contagieux…
D’ailleurs ils ne cherchaient pas non plus à me parler.
Depuis ma rencontre de la maternelle avec Malika, celle aux yeux si bleus qui me donnait la main, la méfiance s’était installée…
Pour les « Philippe », nés juste après guerre, je me demande à quoi avaient bien pu penser leurs parents pour les appeler « Philippe », parce que franchement…
Ma mère m’avoua bien plus tard avoir choisi mon prénom parce qu’elle était tombée amoureuse, avec un manque de clairvoyance désastreux, de Jean Marais dans « L’éternel retour »…
Je n’étais pas le snob que je suis devenu après des années de ce lycée de bourges.
Alors, lectrices chéries, si vous saviez comme j’aurais aimé que des « potes » et pas des « copains », m’appellent « Dédé », « Gégé » ou « Nanard » en me donnant des claques sur l’épaule.
Oui, « Nénesse » et « Bébert » étaient déjà passés de mode…
En foi de quoi, j’ai détesté mon prénom jusqu’à ce que je devienne copain avec un garçon de la rue Championnet.
Je vous ai déjà parlé de Bernard R. à propos du square Saint-Lambert quand nous étions plus vieux.
J’avais fait sa connaissance quelques années auparavant, alors que je faisais les courses dans le coin avec ma mère et que je regardais les photos du cinéma « Ornano Palace », là où j’avais vu « Les dix commandements ».
Bernard était un garçon brun et mat, comme votre serviteur mais en plus timide.
Nous avions engagé la conversation timidement sur Stewart Granger car évidemment, « l’Ornano Palace » proposait un vieux western.
Tout aussi évidemment nous ne fûmes « pas d’acc’ » parce que « Robert Vaughn, quand même, y tire mieux ! »
Un peu qu’il tirait mieux, d’ailleurs « Les sept mercenaires » le prouvaient…
Quand sa mère vint le prendre, on se donna rendez-vous pour le jeudi.
Ma mère ne dit rien mais n’agréa pas franchement jusqu’à ce que Bernard lui dise poliment « Au revoir madame ».
Ma mère, bien qu’elle n’appréciât pas vraiment pas vraiment que je devienne copain avec des garçons du quartier, dans sa hantise de « l’accent faubourien des voyous de la Porte de Clignancourt », fut satisfaite de mon nouveau copain.
Quelques années plus tard, s’il quitta l’école pour un travail d’apprenti mécanicien à la RATP toute proche, nous restâmes copains.
Et c’est lui qui, un après-midi d’été de sa dernière année d’école me confia quelque chose qui me fit considérer autrement mon prénom.
Bernard R. me confia tristement un jour qu’on était assis sur un banc du square Clignancourt, ce havre de paix quasiment bourgeois :
- Pfff… T’as du pot, toi.
C’était bien la première fois qu’on me disait que j’avais du pot.
J’allais au lycée, j’avais des devoirs, j’avais perdu un œil avec une fusée et ma mère m’achetait des habits choisis rien que pour me faire honte.
- Pourquoi j’ai du pot ?
- Ben tu t’appelles pas Bernard…
- C’est chouette Bernard ! Yen a plein !
- Ben justement… Toi au moins…
- Quoi moi ?
- Toi, ton nom « y fait classe », d’abord y en a pas beaucoup…
- Ah ?
- Ben t’es le seul que je connais…
Il est vrai que dans le coin, on croisait plus de Jeannot et d’Abdel que d’Alexandre ou Ismaïl…
Depuis, j’aime bien mon prénom. Il n’était devenu courant que vers les années soixante et a recommencé à se raréfier à partir des années soixante-dix.
J’aurais donc passé ma vie dans la rareté…

Commentaires

Et Patou ça ne te tentait pas?
Signé Marie-Blanche, toujours seule à porter ce prénom.

Écrit par : mab | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

On m'a appelé Patou.
Et même "Patounet joli".
Ça fait pas pareil que "Dédé" ou "Nonod"...

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 24 juin 2015

J'adorerais habiter square Clignancourt. Certes je n'en suis qu'à quelques mètres, mais c'est dans un des immeubles du square que je voudrais habiter....

Écrit par : imaginer | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Le mien je l'ai traine et le traine toujours ...seule !
Et bien sur je n'ai pas échappé au surnom encore plus cucul de Liline !

Écrit par : Francelyne | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

tu n'as pas à te plaindre, moi j'adore mon prénom mais j'ai eu le droit à didith, alors ça j'avais horreur.

Écrit par : manouedith | dimanche, 28 juin 2015

J'ai détesté le mien. A cause de Piaf. Alors que mes parents ne l'avaient pas choisi à cause d'elle.
Et avec le temps et bien je l'aime bien.
Pas fréquent et pas de diminutif possible!!!

Écrit par : edith | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

je m'appelle comme toi, j'ai toujours adoré, et je n'en ai que rarement rencontrée, même encore maintenant.

Écrit par : manouedith | dimanche, 28 juin 2015

J'ai toujours aimé, adoré même la rareté du mien. Je n'enviais pas les, au moins, deux Nathalie ou deux Valérie qui étaient chaque année dans ma classe.

Écrit par : Rosalie | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Je te lis et, curieuse comme je suis, je file vérifier ce qu'il en est chez nous. Eh bien, ton prénom a eu la meilleure cote dans les années 50. Puis il a été de moins en moins donné. L'effet Cocteau? C'est un de ces films que ma mère voit et revoit.

Écrit par : Livfourmi | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Essai. Mon 1er com, ça a marqué "erreur à l'envoi". Je ne recommence pas. Mais, je peux te dire une chose, j'aime pas mon vrai prénom, j'aime pas mon prénom, j'aime pas, j'aime pas....

Écrit par : juliette | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

je n'ai jamais aimé mon prénom... par contre mon pseudo de blog, choisi librement et avec soin il y a déjà plus de dix ans, je l'aime beaucoup! Je me sens "Coumarine", avant tout.
Tu as raison ton prénom est rare... moi je l'aime bien. Mais à ne pas confondre avec Patriiiiiick

Écrit par : Coumarine | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Pouvez-vous m'expliquer dans votre article , la signification "et, pire, Philippe".
J'ai du mal à comprendre.
Comme je suis une nouvelle lectrice, je n'ai pas trouvé votre prénom ?
Bonne journée
Cracotte

Écrit par : cracotte | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Après guerre, Philippe rappelait de mauvais souvenirs.
Maréchal (nous voilà, devant toi le sauveur de la France...) s'appelait Philippe Pétain.

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 24 juin 2015

Me parle pas de prénom, ça a le don de me donner des boutons. J'aime pas mon vrai prénom, ça, tu dois le savoir et 60 ans n'y ont rien changé. Je suis sûre que si je m'étais appelée Martine, Brigitte, Juliette, Nathalie. - oh, Nathalie, j'ai adoré ce prénom - j'aurais mieux réussi ma vie. Il est plus facile de changer de nom que de prénom. J'aimais bien mon nom. Bon, celui de mon mari me convient bien aussi.
Philippe, j'aime bien. Tu es bien le 1er que j'entends qui fait référence à un certain Philippe de V.....Je connais quelques Philippe, je n'avais jamais fait le rapprochement, mais, faut dire qu'ils sont dans la quarantaine, ceci expliquant peut-être cela.
ps : si tu cherches bien, je suis sûre que tu vas trouver des assassins, des tête à claque, des abrutis, de vilains bonhommes portant ton prénom.

Écrit par : juliette | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

tu as de la chance, il avait raison ton copain, c'est un très joli prénom, pas commun, comme toi d'ailleurs...kiss!

Écrit par : esthériane, mialjo | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Tiens, la question de la dame du dessus, cracotte, Belin peut-être, c'est de ça que je parlais dans mon commentaire ce matin.
Je te disais que les Philippe ne m'ont jamais fait penser à Pétain. Et d'une, parce que les Philippe que je connais sont plus jeunes, j'en connais un qui a 43 ans. Philippe Bouvard ne m'a jamais fait non plus penser à Pétain.
N'oublie pas non plus mr le goût que les gens ont longtemps cru en Pétain, même lorsque le débarquement avait commencé, je pense que beaucoup auront donné par "idôlatrie" son prénom, même juste après la guerre.
Si la loi sur la date butoir de 70 ans pour les hommes politiques était passée à cette époque, et bien, en voilà un qui aurait fini ses jours en maison de retraite au lieu de vouloir diriger la France et se laisser influencer par d'autres français plus cons que lui, Laval par exemple, qui a vécu à quelques km de chez moi, à Chateldon. Tu ne connais pas l'eau de Chateldon, l'eau de luxe qu'on ne trouve que dans les grands restaurants parisiens et dans ma région ? Je ne m'interdirais pas de boire de la Chateldon pour autant. D'abord, je n'aime pas les eaux pétillantes.
Pétain, à mon humble avis, après avoir tant et tant lu sur Vichy, sur ce qui s'est passé pendant la guerre de 14-18, était encore auréolé de sa gloire. Parait que ce monsieur aimait se promener dans nos jolis parcs, qu'il soignait son image en caressant la tête des enfants. Parait même que les juifs vichyssois n'ont pas été déportés. Bon, ça, c'est à voir. Mais, sache que nous avons beaucoup de juifs qui sont revenus vivre à Vichy, ptêtre même jamais quittés la ville d'ailleurs.
Par contre, une dame que nous connaissions, une dame avec un sacré bagout, à l'accent titi parisien, dans un reportage sur vichy et la guerre, n'arrêtait pas de dire "alors là non, quand je le voyais, je fuyais, il me faisait peur c'te homme, mon dieu, mon dieu, mais qu'est-ce qu'il me faisait peur. Visionnaire peut-être la dame, à moins qu'elle n'avait peur, étant très jolie, qu'il ne la caresse aussi, et pas que la tête.

Écrit par : Juliette | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Oh, incroyable, doit y avoir un bug, je vois que mon 1er commentaire est là.

Écrit par : Juliette | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Au fait, j'ai un Patrick comme frère, un plus jeune que toi, une vraie tête à claque ce frère. Il me fait la gueule depuis 8 ans. Il est rancunier comme une teigne. Tout ça, parce que j'ai omis (volontairement) un jour aux obsèques d'un autre frère de citer son prénom, comme je l'avais fait de ses 2 autres frères qui, eux, étaient allés à l'hôpital voir leur frère malade et lui, jamais.

Écrit par : juliette | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Le père de mon gendre s'appelle comme toi. Moi j'ai failli m'appeler Philippe voire Géraldine ou Philippine... Parce que mon grand-père adorait les chevaux. Pourquoi ? Tu pensais à autre chose ?...

Écrit par : Lakevio | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Ah... Bucéphale.
Et oui, je pensais à autre chose.

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 24 juin 2015

Je déteste le mien...

Écrit par : pennylane22 | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

nous avons le même. J'y suis habituée. J'ai fini par l'aimer. Au début non

Écrit par : liliplume | mercredi, 24 juin 2015

Répondre à ce commentaire

J'aime bien le mien. Ni trop courant, ni trop rare. Je n'ai pas de problème avec lui . On vit en bonne intelligence.
Dans ma classe, il y avait beaucoup de Sylvie, Corinne, Catherine et Isabelle.

Écrit par : Berthoise | jeudi, 25 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Ton prénom est aussi celui de ma grande sœur.
J'aime bien.
(J'avais intérêt, elle avait la patte leste...)

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 25 juin 2015

Je n'ai jamais aimé mon prénom, Nadège, à l'école ça donnait p'tit déj, la neige, blanche neige... mon nom de famille c'était bien pire !
Contente de me marier de changer pour un banal Dupuy...
mais au fait c'est quoi votre prénom, monsieur Legoût ?
j'aime bien votre blog, de l'humour et des petits moments bien ordinaires dont on se délecte.

Écrit par : DUPUY | jeudi, 25 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Je vous remercie beaucoup d'avoir répondu à ma question au sujet du prénom Philippe.
C'est vrai je n'avais pas du tout pensé au Maréchal Pétain.
Il est vrai qu'avec vous Monsieur le Goût il faut savoir lire entre les lignes, et réfléchir!!!!!
Je précise quand même qu'il y a d'autres personnes prénommées Philippe, et qui n'ont pas le passé de Philippe Pétain.
J'ajoute que j'aime beaucoup ce prénom, et c'est pour cette raison que mon fils porte ce beau prénom (à mon avis).
Cracotte (et pas Belin).

Ps je pense avoir trouvé votre prénom, et c'est un très joli prénom, et qui plaisait à votre Maman, c'est peut-être cela le principal.

Écrit par : cracotte | jeudi, 25 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Je me' souviens d'avoir rencontré un type de mon âge ou à peu prés ( je suis de 45) qui se prénommait : "Francisque".
Pas besoin de faire un dessin.

Écrit par : clodoweg | mardi, 30 juin 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire