Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 octobre 2015

La vie à tiers détenteur…

Lectrices chéries, comme j’ai déjà longuement tartiné sur la première partie de ma vie et que je vous parle volontiers de la dernière quasiment chaque jour, je ne vais pas me lancer dans autre chose qu’un bref résumé.
De ma naissance à la maternelle, je n’ai pas de souvenir marquant, sauf quelques scènes dont, en cas de doute, je parle à ma grande sœur. Mes deux autres sœurs ne peuvent pas me renseigner, plus jeunes qu’elles sont.
De la maternelle à la « grande école » je fus heureux des deux plus belles découvertes que je fis alors: les yeux bleus de Malika et la gentillesse de Mme Comprade.
De l’entrée à la grande école, je n’ai souvenir que de bagarres et d’un maître trop doux pour qu’un peu d’ordre régnât dans la classe.
Le résultat fut que dès la fin des vacances de Noël, je fus parachuté chez des dingues.
Ce fut une des périodes les plus malheureuses de ma vie.
Je suis resté quatre ans chez ces fondus.
J’en revins en possédant sur le bout du doigt l’art de l’argumentation spécieuse qui me servit tant par la suite, celui de garder le silence quand besoin est et cette tournure d’esprit qui conduit à se dire « la prochaine fois » plutôt que « si j’avais su » quand quelque chose tourne mal…
En regardant derrière moi, je me rends compte qu’à part ces quatre ans, j’ai vécu plutôt heureux.
Après cet intermède carcéral, je mis donc à profit ma nature curieuse à ne manquer aucune des bêtises qui se présentèrent.
J’y ai laissé quelques pièces qui du coup méritèrent vraiment leur nom de « pièces détachées ».
Puis j’ai croisé Heure-Bleue un jour.
« Le bonheur n’est pas tant une question de fortune qu'une disposition de l’âme » avait dit Louise de Vilmorin.
J’étais d’accord.
Heure-Bleue aussi.
Par chance, mon travail et le sien nous tinrent suffisamment éloignés pour que la lassitude n’arriva pas.
Nous eûmes des orages.
Mais après la pluie le beau était là.
Aujourd’hui il fait plus souvent beau.
D’ailleurs, j’ai apprécié ce matin de me réveiller à son côté.
Hier j’avais dormi sur la banquette pour cause de Merveille.
Je préfère nettement sentir la peau d’Heure-Bleue contre la mienne.
Elle râle, elle soupire, elle allume la lumière en pleine nuit après avoir fait tomber ce qui traîne sur la table de nuit.
Mais bon sang, ce que je dors mieux contre elle…

Commentaires

Ça fait du bien ton billet.

Écrit par : Rosalie | jeudi, 29 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

et comme elle adore que tu lui réchauffes les pieds, tout est bien !!

Écrit par : maevina | jeudi, 29 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

il fait toujours beau quelque part.

Écrit par : mab | jeudi, 29 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Beau bilan !... La fin du billet est douce ... C'est bien !

Écrit par : Francelyne | jeudi, 29 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

le billet est aussi beau que celui d'heure bleue.
ça fait du bien de lire ça... même s'il y a quatre années pas drôles.

Écrit par : zellie | jeudi, 29 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Vous êtes mignons tous les deux !

Écrit par : Brigitte | jeudi, 29 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Pourquoi tes parents t'ont-ils imposé ça ?
Tu as fait tout le primaire en pension ?

Écrit par : Berthoise | jeudi, 29 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Si je résume un peu ton parcours que tu nous livres de manière touchante et précise le Gout, tu as ,à un certain moment de ta scolarité (et donc de ta vie ) été parachuté sans que tu sois le mois du monde d'accord chez des dingues et puis un beau jour la dinguerie fut un amour de folie lorsque tu rencontras Heure Bleue . Le destin est malicieux et il ne laisse jamais rien au hasard.

Écrit par : Jerry OX | jeudi, 29 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

sans les quatre années tout aurait été parfait donc !

Écrit par : liliplume | jeudi, 29 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Pas du tout, mais j'ai heureusement été doté d'une heureuse nature.

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 29 octobre 2015

a part ces quatre années qui ont dû être difficile car tu n'étais qu'un enfant, le reste est plutôt bien ..... puisque après l'orage ... soleil duuuuuuure !!! Votre couple est (je ne sais pas trop comment dire) disons... attachant!

Écrit par : emiliacelina | jeudi, 29 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Joli !

Écrit par : Brin de broc | vendredi, 30 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire