Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 décembre 2015

Quand les peaux aiment, c’est bien…

Vous savez sans doute, lectrices chéries que, comme tout le monde, je suis passé par une période « j’écris des poèmes ».
Bon, honnêtement c’était utilitaire.
Soit je les écrivais contre de menus avantages affectifs quand je les écrivais pour mon propre compte, soit contre d’autres avantages –genre tours de tir à la fête du boulevard de Clichy et autres bonbons ou 45T- quand je les écrivais pour des camarades de « géhenne câlineuse » moins dotés de « la fibre baratineuse ».
Heureusement, fort heureusement même, bien que plutôt prolifique, je n’ai jamais eu dans l’idée de me faire éditer.
Et je reste persuadé que j’ai eu là une excellente idée.
Oui, quasiment tous ces « poèmes » étaient très mauvais. 
Les appeler « poèmes » était même plutôt gonflé.
Je le sais bien, je me suis relu à l’époque.
Bon, mes « clients » et moi leur demandions seulement d’être efficaces.
Ils le furent souvent ce qui montre bien que si les filles sont aussi intelligentes que les garçons, elles n’ont pas plus de cervelle…
Oh ! Certes, la métrique y était.
Bien sûr, les règles de la versification étaient respectées.
À coup sûr la rime tombait juste.
Ne manquait que la poésie.
Autant dire l’essentiel, quoâââ…
Mais là où je me défendais le mieux c’était dans le sonnet licencieux, l’acrostiche lubrique.
J’ai encore à l’esprit un de ceux que j’écrivis pour une que j’aurais tant aimée odalisque si elle n’avait pas été si accrochée à ses habits.
Si j’avais toujours cet âge là, j’en transpirerais encore…
Mais, honnêtement, vous savez quoi ?
J’aurais vraiment aimé être celui qui aurait enfanté ce petit poème délicat, malheureusement écrit par Théophile Gautier qui me l’a volé j’en suis sûr.
« Que les chiens sont heureux. »
Si, si, je vous assure, j’aurais aimé écrire ça.
Une vraie merveille de cochonceté et de joie de vivre.
Je ne suis pas sûr que la destinataire l’aurait apprécié mais que voulez vous, lectrices chéries, vous savez mieux que moi que plaire à tout le monde est une tâche titanesque.
Je dois déjà plaire à Heure-Bleue, ce qui n’est pas gagné d’avance.
Alors à toutes…
Théophile Gautier avait peut-être raison, « Que les chiens sont heureux »…

Commentaires

T'es-tu relu récemment? Tu m'as donné du fil à retordre sur cette note... si si j'ai dû jeter quelques coups d'oeil dans mon dictionnaire.

Écrit par : livfourmi | mercredi, 16 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

ah..il n'y a pas que moi qui ne comprends rien. il fait exprès je suis certaine ;)

Écrit par : pucca | jeudi, 17 décembre 2015

Comme quoi, quand il y a de la géhenne, il peut y avoir du plaisir...
Bon je mets le lien vers ce monument, parce que de toutes façons tout le monde va aller voir de quoi il retourne (si j'ose dire)
http://www.poetica.fr/poeme-342/theophile-gautier-bonheur-parfait/

Ça me rappelle la blague du petit garçon qui voit deux chiens en train... d'être heureux.
-mamie, mamie ! regarde les deux chiens là-bas!
La mamie est un peu gênée, alors elle explique:
-eh oui, tu vois, le chien de dessus avait très mal aux pattes, alors l'autre lui a dit, monte sur mon dos si tu veux, je t'aiderai à marcher...
Alors le petit garçon:
-Ah! d'accord ! et c'est pour le remercier qu'il l'encule ? ;-)

Amis de la poésie, belle journée !
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mercredi, 16 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Célestine ! Il y a des enfants qui lisent !
Je n'avais pas donné le titre à dessein.

Écrit par : le_gout_des_autres | mercredi, 16 décembre 2015

Ainsi, tu rimaillais ? que ce soit à des fins lubriques ou vénales...

Je ne connaissais pas ce très court poème (merci à Célestine pour le lien que je n'aurai pas à chercher ! les commentaires sont à mourir de rire !)

C'est bizarre, j'apprécie la poésie, mais je n'ai jamais essayer de créer ... sans doute dans un grand éclair de lucidité !!!!!)

Écrit par : Sophie | mercredi, 16 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Sans rire ? Tes petits enfants lisent ton blog ? Ya plus d'enfants !
Non sérieux, Tu me fais marcher la, non ?
:-)))
Supprime mon commentaire alors. Moi je ne peux pas.
Dommage je la trouvais rigolote ma blagounette... :-p

¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : Celestine | mercredi, 16 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Je viens d'aller lire la prose de Théophile. C'est clair, net et concis.
Moi aussi, je rimaillais à mes heures.

Écrit par : Berthoise | mercredi, 16 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

jamais tentée par la poésie ! Enfin je veux dire par l'écriture de poèmes! Tu es sûr que tu n'as pas dans tes fonds de tiroirs quelqu'unes de tes œuvres à nous communiquer ?
Autre que ce que tu regrettes de 'n'avoir pas écrit !
Mais où vas-tu chercher tout çà ??

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 16 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Moi qui suit "une grande" j'ai beaucoup aimé la blague de Célestine !

Tu as donc vendu tes poèmes...mais pas à un éditeur. Va savoir, il t'aurait peut-être distribué de menus avantages affectifs lui aussi !

Écrit par : Brin de broc | mercredi, 16 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Mais qui n'a pas rimaillé dans sa jeunesse, qui n'a pas commis d'oeuvres périssables?

Écrit par : mab | jeudi, 17 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

vu tous les mots compliqués que tu utilises en général, je n'y aurais certainement rien compris. Mais ça ne veut pas dire qu'ils étaient nuls.
Perso, j'aurais aimé publier mes mémoires en tant qu'auteur anonyme..

Écrit par : pucca | jeudi, 17 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire