Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 juillet 2016

Les droits de l’Homme sont bafouillés...

Je ne m’habituerai jamais au « parler fille ».
Jamais, lectrices chéries, jamais !
Heure-Bleue s’appuie sur le balai.
- Minou reconnais quand même qu’il y a des bailleurs qui sont fondus, regarde le café !
- Quel bailleur et quel café ?
- Mais si, c’est en balayant que ça m’est venu.
- Oui mais quoi ?
- Mais si, le café à louer, le bailleur exagère !
- Mais de quoi me parles tu ?
- Mais si ! Je repensais à ce que tu disais au type du salon de thé.
- Mais comment voulais tu que je sache de quoi tu parles ?
Après des décennies, l’abîme d’incompréhension qui nous unit –si, si, je vous assure, sinon l’un de nous se serait enfui il y a longtemps- n’a pas rétréci d’un millimètre.
L’avantage c’est qu’il y a toujours de la nouveauté dans notre vie même si nos conversations sont souvent étranges.
Je me demande même par moment si en matière de surréalisme, André Breton ne fait pas petit joueur à côté de nos conversations…
Puis, les minutes passant, un autre détail me tracasse.
La lumière de mes jours me semble acquérir rapidement une technique que j’ai repérée chez ma mère.
Celle-ci avait une méthode remarquable pour faire de petits bagages impossibles à décoller du sol si on n’était pas déménageur de piano.
Ce qui faisait que tout départ voyait mon père pester « il y a bien quelqu’un qui te proposera de t’aider à porter tes bagages » et laisser ma mère marcher devant lui.
Après avoir dit à mon père tout le bien qu’elle pensait de son aide, une crainte se faisait alors jour chez ma mère, surtout dans ce quartier où « il y avait vraiment trop d’Arabes ».
C’est souvent là que ça tournait mal.
C’est quand il la rassurait d’un « ne t’inquiète pas, de toute façon il ne pourra pas s’enfuir avec… » que ça dégénérait...
Eh bien, avant-hier, quand nous sommes revenu de notre balade avec L., une fois le dîner pris et je ne sais quel bulletin d’informations n’intéressant que les amateurs de foot nous faisant éteindre la télé, je me suis attelé à la tournée habituelle des petites tâches à mener à bien le soir.
Éteindre les ordinateurs, trouver les lunettes d’Heure-Bleue, retrouver son Télérama et nos bouquins respectifs, chercher où est passé ce foutu smartphone qui sert surtout d’horloge et amener tout ça dans la chambre.
C’est alors qu’elle était dans la salle de bains que j’ai apporté au pied du lit « le cadeau d’avance » que je lui ai offert pour un anniversaire qu’elle n’espère pas voir arriver fin juillet mais dans vingt ou trente ans…
Quand je l’ai acheté, il était léger comme le bagage intellectuel de Cyril Hanouna.
Quand avant-hier soir je l’ai attrapé, ce sac était devenu lourd comme l’humour du même.
Ce sac, que j’ai acheté vide, de petit format, fait de deux pochettes accolées, un fois meublé par la lumière de mes jours se révèle « importable ».
Celui qui s’essaierait, au cas où la bandoulière tiendrait le coup, y laisserait un poignet définitivement luxé et une épaule démise.
Mon bras s’est allongé de deux tailles de chemise rien qu’à le poser sur le lit.
Non seulement je frémis à l’idée du délai nécessaire pour y trouver son porte-monnaie mais à mon état quand elle me dira « Minou, tu ne veux pas tenir mon sac deux minutes ? »
Il ne contient paraît-il que l’indispensable.
Alors, pour une fois que le poids des ans est plus supportable que celui de l’indispensable…

Commentaires

c'est vrai que les sacs sont toujours incroyablement lourds ; on y met des tas de trucs importants ou pas d'ailleurs et ça finit par peser une tonne
c'est très curieux

Écrit par : sylvie | jeudi, 07 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Parce que vous dormez avec le sac à mains sur le lit, vous ?! je suis MDR ! -:)
Remarque, ma grand mère faisait bien ça, mais en cas d'orage : elle rassemblait papiers d'identité, actes notariés, que sais-je encore, ainsi s'il fallait fuir devant la foudre, elle ne perdait pas ses papiers importants.

Écrit par : Praline | jeudi, 07 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Régulièrement, si je confie mon sac au Maître, il me demande ce que j'y mets dedans !...

Écrit par : Lakevio | jeudi, 07 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas le "parler filles", c'est le "parler Heure Bleue" !

Écrit par : liliplume | jeudi, 07 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

chez nous c'est le plus souvent ...l'inverse! Robert tout d'un coup me parle de je ne sais quoi ou qui! Cent fois je lui demande : attends! De quoi tu me parles ???? Quand à mon sac, même moi je m'étonne parfois de son poids! Alors je le vide entièrement pour voir ce que j'aurai pu oublier au fond! Mais ...non !! Tout est utile !

Écrit par : emiliacelina | jeudi, 07 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

oui comme liliplume.

Écrit par : mab | vendredi, 08 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

mais tu ne te rends pas compte Mr le Gout que dans notre sac il y a toute notre vie présente et des fois passée, comme les photos...on est obligé de trimballer tout avec nous, on ne peut faire autrement, c'est comme ça! C'est vrai que des fois c'est très lourd ça dépend des vies, et celle d'HB est riche. bisous.
BHV
Cette exposition patrimoniale est ouverte au public en libre accès jusqu’au 1er octobre 2016 à L’Observatoire, au 5e étage du magasin, du lundi au dimanche de 11h à 19 h.

Écrit par : Tarrah | vendredi, 08 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Ça y est ???? Vous avez acheté ce sac ? Il est comment ? Il n'y aurait pas une petite photo par hasard???? D'autant plus qu'à te lire il me vient à l'esprit que toi aussi tu aurais pu faire un avant/après...remplissage !

Écrit par : Brin de broc | dimanche, 10 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire