Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 19 septembre 2016

Le goût du peint…

De rien Mab.
112377742_o.jpg
Que je vous dise, lectrices chéries, mon devoir de Lakevio est bien moins bon que celui d’Heure-Bleue mais c’est la vie…
Franchement, les parents ont de ces idées parfois…
Quelle lubie a bien pu passer par la tête de Mrs Clueless pour me demander de peindre sa fille.
Si encore elle avait voulu quelque chose d’un peu académique, genre « jeune fille sage sur un fauteuil avec bouquet de couleurs tendres dans les bras ».
Je crois que j’aurais même pu en faire une de ces filles qu’on voit sur des toiles préraphaélites.
Je suis sûr que ça aurait rendu au poil, un peu frimeur et trop dans les tons XIXème siècle évidemment mais il faut bien vivre, après tout…
En plus ça m’aurait arrangé, je suis certains que toutes les génitrices de filles à marier se seraient précipitées pour immortaliser leurs filles.
Des clientes à gogo...
De ces tas de parents qui sont restés justement au XIXème siècle dans leur tête, persuadés que ça les aiderait à « caser fifille » si elle a un petit air « Ophélie ».
Moi qui les vois en vrai, je sais pourquoi tous ces exemplaires d’Ophélie flottent.
Même si on ne peut pas dire d’elles « elle flotte en ses longs voiles ».
Bref, me voilà là, face à la toile, mal assis, face à une fille qui fait la gueule en prenant une pose qui manifestement l’ennuie autant que moi.
Si, au moins sa mère se taisait mais non…
Elle ne cesse pas.
- Vous ne la faites pas un peu maigre, là ?
- Mais non, elle est même…
J’allais dire « plutôt replette »
Je me reprends :
- Elle est parfaitement en chair, vous savez, j’ai l’œil…
- On va penser que je ne la nourris pas bien… 
Ça, ma grande, ça m’étonnerait…
- Mais non, je vous assure. En revanche, le jean, ça donne un côté un peu triste, déjà qu’il fait un peu sombre avec cette lumière de fin d’après-midi…
Le « modèle » intervient, agacé.
- Maman, fous lui la paix bon sang !
- Ma fille comment…
- Ta fille elle en a marre, je n’ai pas envie d’être portraiturée, surtout pas dans cette pose ridicule ! En plus ça fait vraiment « je fais semblant d’être naturelle », tu parles si ça fait illusion…
- Voyons, tu sais bien que quand la toile sera finie, tu commenceras la saison des « rallies » et que tu seras en valeur !
- Manquait plus que ça ! Une mère maquignonne !
- Pas du tout la fille !
Elles commencent à me saouler, toutes les deux, en plus elles m’empêchent de travailler…
- Si ! Je ne suis pas ton enfant, je suis ton cheptel ! Alors laisse le faire son boulot et qu’il s’en aille, plus vite ce sera fait, mieux ce sera.
Impeccable, la mère se tait, les larmes coulent.
Je vais pouvoir travailler, ça ira vite, ce n’est pas très compliqué, la fille est raide comme la justice mais je sais assouplir les poses avec un pinceau, alors.
C’est « l’ABC » du métier, quand même. 
Encore un rentrée assurée…

Commentaires

Effectivement je viens de lire Heure bleue. tu aurais pu mieux faire.

Écrit par : mab | lundi, 19 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

C'est sûr, tu n'as que le second prix aujourd’hui ! Mais je comprends les larmes de la mère, on ne verra même pas que c'est SA fille !....

Écrit par : lakevio | lundi, 19 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Tu nous as habitué à mieux.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 19 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Comme disait Balzac "il est plus difficile d'avoir de l'esprit tous les jours que de dire de jolies choses de temps en temps"...

Écrit par : le_gout_des_autres | lundi, 19 septembre 2016

Ah ça, j'imagine bien que tu aurais préféré un autre modèle... autrement fagoté déjà :-)

Écrit par : Praline | lundi, 19 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

j'adore ton style Le Gout. On se poile bien avec des mots ciselés et souvent je songe à Audiard . La , le modèle vivant n'est pas une jeune fille sage qui écoute les recommandations de sa mère et se plie au désir du peintre...l'affaire est plus complexe et le récit ne manque de croustillant . Ce n'est point une ingénue , une jeune fille sage sur un fauteuil avec bouquet de couleurs tendres dans les bras... une jeune fille bien de son époque en jean qui ne cache pas néanmoins la lumière qui sied bien au pinceau . Joli lundi qui se poursuit !

Écrit par : Jerry OX | lundi, 19 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

...... pourquoi pas ? Et la fille ouvre la porte pour se "casser" parce-qu'elle en a ras le bol , peut-être!

Écrit par : emiliacelina | lundi, 19 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Il a vraiment faim ton rapin .....

Ou il n'a pas de talent, parce qu'il donne beaucoup dans la peinture alimentaire !!!!

Écrit par : Sophie | lundi, 19 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Que de mécontents ! La mère qui n'aime pas la peinture ; la fille saoulée par sa mère et la pose. Le peintre qui voudrait en finir sans avoir à mentir encore à la mère : tu parles d'une partie de plaisir !

Écrit par : Véro | lundi, 19 septembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire