Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 novembre 2016

Bêta car hautaine…

De rien Mab.

lakevio.jpg

Sous son parapluie jaune il avançait lentement le long de la queue.
Il essaie d’être à l’abri d’une foule qui, comme lui fait la queue.
Alors il s’est mis au bord de la queue.
Ça dure depuis si longtemps qu’il se demande même ce qu’on attend.
Il fait la queue et s’ennuie alors il regarde.
Il la regarde depuis un moment.
Mon dieu, qu’elle a l’air triste…
Mais que fait elle seule sous la pluie, cette jolie fille  ?
Il rougit rien qu’à l’idée d’avoir pensé « jolie ».
Qu’attend-elle ?
Elle commence à ressembler à la statue de la désolation.
Au moins dans la foule, elle serait à l’abri.
Il est sûr qu’au milieu de cette foule si dense, le sol est sec.
Il se dit aussi que son parapluie la protégerait tout autant.
Il se dit aussi que si elle était avec lui sous son parapluie…
Il se décide enfin et s’avance.
Il a hélas trop tardé, perdu par son indécision, noyé dans ses supputations.
Une jeune fille plus décidée que lui court vers elle.
Elle tend son parapluie, il voit qu’elle va lui proposer son parapluie.
Alors il relève mon parapluie jaune pour être abrité de nouveau…
L’idiot procrastinateur !
Au lieu de se dire «  La prochaine fois j’agirai au lieu de rêvasser ! », il se dit « Si j’avais plus agi et moins rêvé… »
Il n’a pas fini d’être seul sous son pépin…

Commentaires

Vivre sa vie au lieu de la rêver.
Jolie version

Écrit par : Berthoise | lundi, 21 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Avec des si ...

Écrit par : mab | lundi, 21 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Heureusement que tu sais te décider.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 21 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Il y en a comme ça qui, à force de peser le pour et le contre, restent sur le quai à regarder les bateaux partit sans eux...
C'est un très joli billet.

Écrit par : la baladine | lundi, 21 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

très bon !

Écrit par : liliplume | lundi, 21 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Voilà ce qui arrive quand on tergiverse, qu'on se tâte, qu'on hésite, qu'on se demande si on y va, si on y va pas, qu'on avance à reculons. La pauvre avait le temps de se ramasser une bonne crève ou de se noyer..

Écrit par : julie | lundi, 21 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Laisse tomber, tu as mieux à la maison ! ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | lundi, 21 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

D'autant plus que la Lumière de ses Jours est déjà rentrée at home et l'attend !

Écrit par : Bourlingueuse | lundi, 21 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Peut être une querelle d'amoureuses... Tu n'aurais pas pu grand chose !

Écrit par : Lakevio | lundi, 21 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

comme dans la chanson de ...je ne sais plus qui : tu veux ou tu veux pas ??? La prochaine fois : ose le lui demander. Sinon le Goût a raison . tu n'as pas fini d'être seul .....

Écrit par : emiliacelina | lundi, 21 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Zanini...
Si tu veux pas, tant pis, j'en f'rai pas un' maladie...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 21 novembre 2016

Allez, pas de regret, elle n'a pas la chevelure flamboyante et la peau diaphane ;-)

Écrit par : Praline | lundi, 21 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Mince alors ! S'il la veut vraiment près de lui, il lui reste à se servir du coup de parapluie bulgare !

Écrit par : Véro | mardi, 22 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire