Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 13 avril 2017

Ce que le mari vaut d’âge…

J’ai ouvert les yeux, comme d’habitude j’ai passé la main autour de moi.
A part moi, pas un chat dans le lit.
J’ai soupiré puis je me suis levé et j’ai fermé les fenêtres.
J’ai eu froid alors j’ai passé « mon gilet de vieux », une loque immonde que j’ai toutes les peines du monde à arracher à la fureur laveuse d’Heure-Bleue.
J’ai peur même qu’un jour elle ne me mette moi dans la machine.
J’ai préparé un seul petit déjeuner que j’ai pris en écoutant la radio.
Comme je fais la vaisselle le soir même et que je range au fur et à mesure, je me suis d’un coup trouvé désœuvré mais je n’allais tout de même pas me mettre à faire les carreaux.
Je suis venu vous voir, j’ai dit un petit quelque chose à celles qui avaient écrit.
Sauf à Armelle, mais elle est très gentille, elle s’est arrangée avec Heure-Bleue pour me donner l’impression que je ne suis pas vraiment seul.
Je suis donc parti comme prévu rue des Petites Écuries à la recherche du « voltigeur merveilleux ».
Evidemment, le café où il était si bon à changé de propriétaire.
Le nouveau est gentil mais son « voltigeur » est, pardonnez moi lectrices chéries, une véritable merde…
Le censément « pain de campagne » est un pain qui mérite de tuer le boulanger à coups de cailloux.
Le jambon est du « premier prix Lidl », comme le gruyère d’ailleurs.
Quant à la salade, je soupçonne le mastroquet de manger le cœur de la laitue et de servir les feuilles extérieures au client.
Bref, tu bouffes de l’herbe…
Le pire ? Eh bien le pire c’est « l’œuf miroir », j’eus préféré qu’il cuisît au four micro-onde…
Heureusement, j’avais face à moi une habitante du quartier d’humeur conviviale.
Nous avons papoté un long moment, elle m’a raconté des anecdotes qui m’ont ramené des décennies en arrière.
Ce fut sympa et nous nous sommes séparés avant de nous mettre à nous raconter nos souvenirs de lycée, le genre de truc qui peut durer des jours…
Je suis parti, rêvassant et j’ai fait tout le chemin au soleil, sans passer par « les passages » ce qui m’est impossible quand je suis avec la lumière de mes jours.
J’étais porté par des souliers qui ont fait tous seuls le chemin jusqu’au « Bistrot Vivienne » où j’ai pris un café à la terrasse en regardant passer les gens.
J’ai vu des choses qui m’ont convaincu que les yeux c’est quand même super utile quand il fait beau.
J’ai encore dans les yeux cette jeune femme vêtue d’une de ces combinaisons déjà là l’année dernière.
Cette fille en portait une de tissu léger, bleu marine à motifs blancs.
J’ai cru qu’elle portait un sous-vêtement du même tissu mais non.
La combinaison était simplement très courte et agrémentée d’un petit volant qui s’arrêtait, comme dit Isabelle Mergault, « au ras du bonheur ».
Bref, cette combinaison la déshabillait plus qu’elle ne la vêtait et ce qu’elle montrait était aussi mignon que ce qu’elle laissait deviner.
Ouais, bon, elle était rousse et avec tout ce qui allait avec.
J’ai gagné un pari quand elle est passée devant moi.
Elle avait l’arrière des jambes qui n’allait pas tarder à lui cuire vu la couleur brique qui arrive aux claires qui « bronzent écrevisse ».
Ça lui apprendra à tenter son prochain en se dévoilant en plein soleil…
J’ai continué mon chemin vers la Madeleine où le 84 annonçait des délais genre disparition du chômage alors j’ai continué.
Vers Courcelles, j’avais dépassé la station quand il est passé devant moi…
Arrivé place Pereire, ce n’était plus la peine alors j’ai fini à pied jusqu’à la Porte de Champerret.
Cette fois-ci j’ai échappé à la passerelle…

Commentaires

De la peau dénudée? Des jolies filles?

Écrit par : livfourmi | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Oui, mais bon, si tu rajoutes du texte après mon premier commentaire, tu lui enlèves tout son sens...

Écrit par : livfourmi | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

C'est seulement que j'avais mal fait le "copié-collé".

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 13 avril 2017

C'était bien quand même malgré l'absente.

Écrit par : mab | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Troublé au point de faire une faute de conjugaison. Mais, c'est le printemps!

Écrit par : Nina | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Merci, j'ai corrigé.

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 13 avril 2017

Le soleil brille malgré tout et de toutes façons tu aurais "vu" même avec Michèle !
Bonne nouvelle journée de "découvertes" ! Bises

Écrit par : lakevio | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

L'ennui avec tes billets du matin, c'est qu'ils sont bien plaisants pour tes lectrices chéries, mais que H-B lira et du coup, tu ne vas plus rien avoir à raconter. A moins que tu ne nous aies pas tout dit ????

C'est bien une journée au soleil, sans injonction de "marche à l'ombre"...

Écrit par : Sophie | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

C'était le jour des étourderies, car j'ai trouvé aussi une faute.... mais t'étais pressé de nous raconter...

Écrit par : Sophie | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Tu vois, en solitaire, tu peux zyeuter tranquille ;-)

Nous, assis par terre quai de Loire (sauf le Paladin qui garde de la hauteur sur son fauteuil), on a eu du reggae coooooool sur notre droite, puis un clarinettiste faisant ses gammes sur notre gauche, puis les deux en même temps, et c'était drôlement bien!

(((oui, j'avoue, la pinte de blonde, ça aide pour le mélange reggae clarinette)))

Écrit par : la baladine | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Bon je vois qu'en dépit d'un manque certain tu ne perds pas le nord....et que certains spectacles te guérissent assez facilement de ta mélancolie, mdr

Écrit par : colombine | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Blogger a encore dû « bouffer » ton petit mot, parce que j'ai rien vu chez moi.
Mais c'est pas grave ! Ça ne m'empêche pas de trouver ta note rafraîchissante ! (et tu sais que j'ai besoin de fraîcheur en ce moment...)
Bisous
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Ha, ha, puisqu'on en est au jeu des 1000 fautes, j'en ai trouvé une aussi...
des souliers qui ont fait tous seuls ...Elle est où la faute ?
Viens donc chez moi, je suis sûre que tu en trouveras des dizaines. A chaque fois que je me relis, j'en trouve. Mais, j'ai une excuse, mes articles sont si longs qu'il me faudrait un correcteur et je déteste me relire. Ca me perturbe de me relire, écrivant comme je pense. Je fais peu de fautes en vocabulaire, mais en conjugaison, ça m'arrive plus souvent qu'à d'autres.... qui peut dire qu'il n'en fait jamais, hein ! Même mon fils hyper doué qui ne pardonne rien et est extrêmement dur avec les autres, arrive à en faire. Je me rappelle de la foi où, ils se sont accrochés entre frères. Celui qui ne fait pas de fautes avait relu le mémoire de son frère et lui avait dit "un mémoire avec des fautes, je lui enlèverais plusieurs points. Le frère cadet n'avait pas apprécié. Ils en étaient presque venus aux mains. Bon, faut bien dire que dans son métier, la moindre faute ne lui est pas pardonnée.
Je n'aime pas me promener seule, mais partir seule en voiture sur les routes, j'adore. J'aurais tant voulu un chien pour me servir de compagnon quand je fais la g....e à mon mari. Mais, ma famille proche a tout fait pour me dégoûter, le mari surtout "si tu prends un chien, c'est toi qui te lèveras aux aurores pour le sortir, c'est toi qui lui essuieras ses papattes sales, c'est toi qui enlèveras les poils du canapé.....Finalement, j'ai eu pitié de moi.
Tu nous ferais aussi presque pitié quand on t'imagine seul devant ton évier, seul devant ton assiette...Ha, ha...Je viens de laver les vitres de ma cuisine. C'est en lisant ton article que j'ai pensé que je les avais oubliées celles-là. J'avais lavé, il y a 2 jours vitres et rideaux de toutes les pièces, sauf celles de la cuisine.
ps : oh, le beau bouquet de lilas que mon mari vient de me ramener ! Celui-là a des choses à se faire pardonner. Oh, faut que je le prenne en photo, le bouquet, pas le mari, d'autant plus qu'il en a piqué au voisin. Le sien est plus beau que le nôtre, issu d'un lilas dégénéré de 100 ans d'âge.
Bonne soirée.
ps : au fait, t'as au moins des nouvelles de ta femme ? Elle ne s'ennuie pas de son côté ? Bon, elle, elle a Merveille qui doit pépier comme un petit oiseau dans un arbre. J'espère qu'elles en profitent bien.

Écrit par : julie | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Que je te dise, Julie, d'après l'Académie, trois formes sont admises pour cette histoire de pieds :

- Mes pieds ont fait tout seul le chemin.
- Mes pieds ont fait tout seuls le chemin.
- Mes pieds ont fait tous seuls le chemin.

Je le sais, j'ai vérifié en l'écrivant...
Et j'ai la lumière de mes jours matin et soir au téléphone, un long moment...

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 13 avril 2017

Oh, j'aime pas être le 13e commentaire. Voilà, j'ai corrigé, je suis passée 14e..

Écrit par : julie | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Pourquoi voit-on mieux les fautes des autres ?? Mystère!

Écrit par : Nina | jeudi, 13 avril 2017

Répondre à ce commentaire

"La besace", La Fontaine : "Il fit pour nos défauts la poche de derrière et les défauts d'autrui la poche de devant".
Je me rappelle ça...

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 13 avril 2017

Un mauvais point pour moi, j'aurais dû vérifier avant de vouloir faire ma savante pour t'en boucher un coin. Pour ma punition, je vais, soit m'ordonner d'aller au coin, soit me mettre au repassage, ce que je déteste par dessus tout.
Bonne journée. La semaine se termine, tu vas bientôt revoir tes femmes. Nos enfants auvergnats vont prendre la relève des petits parisiens, ils sont ce soir en vacances. Mon petit-fils qui est en seconde va être content, n'aimant pas du tout l'école. Je le vois bien d'ici peu dire à sa mère qu'il veut entrer dans la vie active, mais, comme il a 3 mains gauches, je me demande ce qu'il pourrait faire. Il connaît sur le bout des doigts toute l'histoire des sports en général, mais n'est pas très doué pour le sport de terrain, alors !

Écrit par : julie | vendredi, 14 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Il peut faire journaliste sportif...

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 14 avril 2017

Tu ranges, tu te morfonds, allez au taf!

Écrit par : mab | vendredi, 14 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Heureusement qu'il y a quelques "belles choses" à voir dans tes balades en solitaire !! allez bon courage, ça va bientôt être le retour !

Écrit par : Colette | vendredi, 14 avril 2017

Répondre à ce commentaire

rien ne t'échappe ! Tu as raison, les yeux c'est super utile quand il fait beau ... surtout pour les maris abandonnés !

Écrit par : emiliacelina | vendredi, 14 avril 2017

Répondre à ce commentaire

La seule chose que je trouve dommage (ça fait passer des fautes éventuelles, d'ailleurs, corriger, très peu pour moi, lol),

c'est le jambon du lidl...

Je vous plains (et je compatis).

Écrit par : Pivoine | jeudi, 20 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire