Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 10 janvier 2018

Le traitement des os usés…

rue Becquerel.jpg

De rien Mab
Mardi, il faisait le temps de mince auquel je n’ai jamais pu m’habituer.
Malgré tout, il faut bien sortir alors nous sommes sortis.
De temps à autre, la corde aventurière nous saisit et nous partons dans la direction opposée à celle qui nous attire.
Quand il fait triste, comme le temps ces temps-ci, notre côté préféré prend un air romantique, genre Verlaine avec le doux bruit de la pluie par terre et sur les toits ou les sanglots longs des violons de l’automne, tout ça.
Quand il fait triste, l’autre côté, trois cents mètres parcourus,  prend en revanche tout de suite un air qui me rappelle Maxence Vandermeersch, genre « Quand les sirènes se taisent ».
Cette extrémité de la rue Championnet, je la connais depuis moins longtemps que l’autre.
A ce bout il y avait l’entreprise d’appareils de mesures « Chauvin-Arnoux », je n’ai donc connu cette extrémité que plus tard.
A l’autre il y avait une « École de Garçons » et, à côté, une « École de Filles ».
Je n’y ai passé que trois mois.
Assez pour apprendre qu’il fallait rendre les coups pour ne pas se faire piétiner et ne pas être trop regardant sur le « fair play » si on voulait s’en tirer vivant.
Arrivé là de ma digression, je me demande pourquoi j’en suis arrivé à vous parler de la rue Championnet.
C’est tout bêtement que nous ne serions pas descendus « de l’autre côté »  s’il n’y avait pas là, au coin de l’avenue de Saint Ouen, la meilleure boulangerie de la rue Championnet.
Si ce n’était de surcroit le trajet qui mène au Monop’ de Villiers en une chouette promenade, on ne descendrait jamais de ce côté.
Nous sommes allés lundi y boire un café au « Café d’ID » rue de Lévis.
Ils ont mis de la musique, on se croirait dans une boutique de fringues.
On ne peut plus être tranquille nulle part…
Aujourd’hui je ne sais où nous irons, mais une chose est sûre, nous irons vers « le bon côté ».
Peut-être le « bon côté » est-il celui qui, bien qu’il soit en pente raide, me retire des années à chaque pas dans la direction de la basilique.
Allez savoir, lectrices chéries…
Les immeubles n’y sont pourtant pas plus gais, même s’ils n’ont plus le côté lépreux qu’ils avaient dans les années cinquante et soixante.
Non, c’est autre chose.
Je suis incapable de vous dire quoi.
En y repensant, je me dis de l’autre côté, Paris est affairé, occupé alors que du « bon côté », il est vivace.
C’est ça !
Notre côté préféré est vivace alors que l’autre est occupé…
Vendredi nous irons par un autre chemin au square d’Anvers, au petit marché qui le borde et nous y achèterons de la saucisse d’Auvergne et du chou.
Enfin, normalement…
Parce que nous savons bien, Heure-Bleue et moi qu’une envie soudaine de lentilles du Puy et de « petit-salé » peut nous prendre soudain et chambouler le programme.
D’ailleurs je suis sûr que vous savez bien lectrices chéries que nous faisons des programmes pour les chambouler, surtout pas pour les respecter…

Commentaires

Pour moi , lrue Champonnet, c'est une chanson de Nino Ferrer.
Tu aimes Ninoo Ferrer ?
Attends je cherche.

Écrit par : Berthoise | mercredi, 10 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

https://youtu.be/to5cZNuWkzE
Malheuresement ce n'est pas Nino qui chante. Mais l'orchestration se rapproche bien de l'original.

Écrit par : Berthoise | mercredi, 10 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Rhooo les z’os usés d’anciens champions! A l’occasion, passe dire bonjour chez Moto-Champion de ma part (Concession Suzuki). Sous la houlette d’Alain... avec des motos qui tournaient au 24 heures du Mans et à qui, entre 1994 et 2007, j’ai acheté la bagatelle de 4 motos neuves, dont mon actuelle GSXR-1000

Écrit par : Lapin | mercredi, 10 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Tu comprends pourquoi j'écris peu ces temps-ci. Non ? Relis mon premier com', tu verras. ;(

Écrit par : Berthoise | mercredi, 10 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Ben non, je croyais que c'était juste du "parler fille"...

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 10 janvier 2018

Hier et ce matin, le temps de mince a laissé une percée d'un soleil pâlichon certes, mais un soleil quand même.

Je vous suis dans vos promenades, même si quelquefois je me perds dans le quartier.

Mais je subodore que dans quelque temps, quand l'envie t'en prendra, tu vas nous parler de la maison "Chauvin-Arnoux" et des découvertes que tu y a faites, non ??? t'es sûr ???

Écrit par : Sophie | mercredi, 10 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

quels "vadrouilleurs " vous me faites !!!!! Comme je disais à HB qu'est-ce que ça va être les beaux jours revenus..... tu auras matière à de jolies notes!

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 10 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Bien sûr je ne saurais trop te recommander les lentilles vertes du Puy !!!!

Écrit par : Colette | mercredi, 10 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

je connais bien cet endroit sur la photo !

Écrit par : ang/col | jeudi, 11 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Je ne vois pas du tout quelle peut être cette boulangerie, à moins qu'elle soit toute récente...

En revanche, devant le stade, il y avait, quand mes enfants étaient petits, un boulanger réputé pour sa pâte feuilletée : le samedi et le dimanche matin il y avait une longue file d'attente pour les pains au chocolat, les chaussons aux pommes et les croissants.

Écrit par : Dame Marthe | jeudi, 11 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Je crois que je comprends la différence entre le Paris vivace et le Paris d'aujourd'hui... Celui d'aujourd'hui m'a fait un peu peur, une des dernières fois où j'y étais allée (en 2006, pourtant, j'y suis retournée après) - mais un samedi, pour voir une expo Bonnard au Grand Palais... J'avais trouvé la fin de l'après-midi bruyante.

Le petit salé aux lentilles ! C'était ce que mes parents mangeaient toujours dans un petit resto du Quartier Latin où on allait toujours quand on allait à Paris - je crois que c'était le Vicomte (il a fermé depuis). Et comme dessert on prenait tous de la mousse au chocolat. Je suppose que j'étais fidèle à mon andouillette (nous ne trouvons pas d'andouillette ici ou à des prix prohibitifs).

N'empêche que j'y retournerai bien (je crois que j'écris ça chaque fois)...

Genre, imaginer un aller en thalys et un retour en car (pour équilibrer... Comme les jeunes font). Voilà qui me laisse rêveuse.

ps (Je ne sais pas toujours commenter tes articles, bizarrement, sur mon smartphone, c'est compliqué, le pavé ENVOYER disparaît...) - donc, c'est quand j'ouvre mon ordi que je commence mon tour des blogues o;)))

Écrit par : Pivoine | jeudi, 11 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Ca c'est marrant ça, dans la liste des blogues mis à jour, je vois un blogue de la cgsp acod !

C'est le syndicat belge des fonctionnaires en général et des profs en particulier !

Accessoirement des cheminots et du personnel des trains aussi.
Bref, tout ce qui va bien en Belgique !

Écrit par : Pivoine | jeudi, 11 janvier 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire