Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 02 février 2021

Help !!!

PJ4XBD.jpg

Bon, en même temps je prends de l’avance sur mercredi, jour des gosses, mon jour préféré, celui dédié aux choses bien plus sérieuses que les histoires de « grandes personnes ».
Cela dit, lectrices chéries, je suis inquiet.
Je ne sais plus quoi vous dire.
Et ça ne date pas d’hier.
De fait, depuis le début du confinement j’ai du mal à aligner deux phrases.
Un doute m’habite – pas de remarques graveleuses, je vous prie -.
Les décombres de ce qui reste de mon esprit pénétrant me disent que j’ai perdu l’essentiel de ce côté primesautier qui faisait mon charme.
Cet humour dévastateur qui m’avait contraint à acheter une batte de base-ball pour chasser les filles, rendues folles par tant d’esprit dans un corps de rêve.
J’ai dû, depuis le début de cette néfaste pandémie, envoyer un mail de consolation à Georges Clooney.
Le prévenir qu’il pouvait renoncer à son « charity business » et reprendre sa carrière de séducteur que j’avais mise à mal.
Je dois vous avouer aujourd’hui que mes pièces manquantes et mon cerveau ramolli m’empêchent de vous régaler avec la régularité horlogère qui faisait votre joie et vous occasionnait parfois ce petit pincement au cœur qui s’appelle l’envie.
Je me dois de dire aux foules jadis enthousiastes qu’une seule chose désormais me comblerait.
Je voudrais que vous me plaigniez !
Toutes et tous !
Enfin surtout toutes…
Vous savez depuis longtemps mon goût pour la gent féminine.
J’aimerais donc aujourd’hui que vous toutes, archétypes des toutes ces femmes vous vous y mettiez.
Oui vous !
Vous toutes que j’ai encensées, complimentées, félicitées, défendues, appréciées et surtout aimées, secouez enfin la torpeur qui m’envahit depuis le mois de mars précédent.
Et plaignez moi à grands cris !
Mais si, vous savez bien, comme les pleureuses de la Bible.
Aaahhh, comme j’aimerais que vous fissiez à mon égard preuve de la dévotion indûment vouée à des gens sous des prétextes fallacieux, genre « Ouais il a sauvé le pays ! », « Ouais mais il a aidé les plus malheureux ! » ou « Il a sauvé des vies au péril de la sienne ! »
Pas ça, des trucs sérieux quoi.
Genre mon rhume…

Honnêtement, si les gens faisaient attention, on n’aurait pas besoin de les sauver des situations impossibles dans lesquelles ils se fourrent !
Tandis que moi, qui vous aime et tout, franchement, je le mérite !
Alors au boulot lectrices chéries !
Aimez-moi ! Merde quoââ !

Bon, il fallait bien que j’écrive une page, question de discipline...

Commentaires

c'est vrai que j'admire la régularité avec laquelle tu publies tes billets (quasi) quotidiens
Alors comme ça, cher Goût, on a le moral dans sa poche?
T'écrire un petit mot d'amuuur, ça te ferait plaisir? Te regonflerait le moral? (ouais bon....)
Tu sais bien que tu es le meilleur !!!

Écrit par : Coumarine | mardi, 02 février 2021

Répondre à ce commentaire

c'est dur d'être inventif, surtout tous les jours, hein ? et bien passe ton tour de temps en temps, que veux tu que je te dise, moi qui ne suis pas inspirée non plus ?

Écrit par : delia | mardi, 02 février 2021

Répondre à ce commentaire

Une panne ? c' est pas grave, ce sont des choses qui arrivent (en vieillissant) mais on t' aiiimmmmeee patrick !!!!

Écrit par : Nina | mardi, 02 février 2021

Répondre à ce commentaire

Et bien, non, je ne te plaindrai pas. Je trouve que tu as assez d'admiratrices comme ça, sans souhaiter en avoir encore plus à tes pieds...Tu as une femme qui t'admire, tu as des lectrices à qui tu voues une admiration sans borne et qui te le rendent bien...Je les envie presque. Oui, Mossieur.
Pourquoi, comme tant d'autres blogueurs, blogueuses, n'écrirais-tu pas des choses plus légères, banales ?...S'il faut avoir la plume des grandes maîtres de la littérature pour pondre un article, alors, je suis hors jeu...Et, parfois, je t'avoue que vous voir jongler entre vous à la baballe des mots, ça a le don de ..Moi, j'aime chez toi l'humour que tu mets quand tu racontes ta vie, quand tu racontes ta mère. Parfois, je me demande ce que je fais chez vous les blogueurs des mots que j'aime lire cela étant. Na, je l'ai dit. "Démerdes-toi" avec ça...Au moins, HB se met à ma portée. J'aime bien quand HB me met des commentaires, sans s'occuper de savoir si ce que je raconte est digne de recevoir un jour le Goncourt ou le prix des lecteurs, quoique, le prix des lecteurs, c'est un prix qui me plairait. Sans rancune l'ami...

Écrit par : julie | mardi, 02 février 2021

Répondre à ce commentaire

Attends, je te lance une bouée à laquelle te raccrocher. Tu vois, je suis bonne fille.

Écrit par : julie | mardi, 02 février 2021

Répondre à ce commentaire

Au moins, ça m'a fait du bien de te lire et d'écrire quelques mots pour me défouler, après la journée que j'ai passée. Je devais lire 4 pages qu'un grand CFDTiste avait écrit, Mr Bodichon, ex secrétaire général de la CFDT, proche de Delors. Et bien je n'ai pas pu, j'ai failli tourner de l'oeil à l'église, j'avais les jambes qui flageolaient, le coeur qui palpitait, j'avais froid, je me sentais partir...Mon mari qui n'a jamais lu un texte de sa vie devant des gens, a été mon sauveur. Il a accepté de lire ce long texte à ma place...Même qu'un moment, je me suis sentie mieux pour prendre la relève...Il m'a dit "non, je continue"..A la fin, il avait les larmes aux yeux d'avoir réussi à lire jusqu'au bout ce long texte et de s'en être imprégné. Je lui avais dit "saute des morceaux" "non, on ne doit pas dénaturer un texte écrit avec le coeur, ce ne serait pas bien pour mr Bodichon et pour l'oncle. M....Il est content d'avoir réussi ce challenge pour mon oncle qu'il admirait aussi...

Écrit par : julie | mardi, 02 février 2021

Répondre à ce commentaire

Il a raison ton mec, il ne fallait rien retirer du texte !
On ne meurt qu'une fois, si en plus on doit économiser sur les mots d'adieu, où va-t-on !

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 02 février 2021

Mais c’est toujours un plaisir de te lire !
Non mais, on ne réussirait même pas à t’inventer si tu n’existais pas !

Écrit par : Anita | mercredi, 03 février 2021

Répondre à ce commentaire

C'est durd'écrire avec régularité, ....et talent.
Tu y arrives très bien.
Mais je te plains si ça peut alléger ton blues.

Écrit par : Berthoise | vendredi, 05 février 2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire