Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 septembre 2022

Devoir de Lakevio du Goût No138

emile-friant-la-discussion-politique-1889.jpg

Cette toile d’Émile Friant m’a frappé car elle me dit quelque chose.
Mais quoi ?
La discussion semble animée autour de ce pichet de vin.
Sur quoi peut-elle bien porter ?
À lundi…

Ça me rappelle quelque chose.
À Nina aussi, je suppose...
Non, ce n’est pas l’Algérie où je n’ai jamais mis les pieds.
C’est plutôt du côté d’Albi, là où ma grand’ mère paternelle vivait avec ses autres enfants.
Le seul qui s’était exilé à Paris était mon père.
Il était arrivé bien avant les autres…
De fait, cette toile me rappelle les discussions sans fin avec des cousins, les Martinez, les G. de G. très fortunés et très « collet monté » mais qui se « dessalaient » en présence des « autres ».
Tous, même mon père reprenaient cet accent et ces mots qu’il m’a fallu traduire.
Comme « mais entention ho ! » pour « mais attention hein ! »
C’était une langue à part, qu’ils appelaient selon leur état de fortune « sabir » ou « pataouète ».
Mon père, qui la manipulait parfaitement quand les circonstances s’y prêtaient, m’en traduisait certaines tournures.
D’autres, il les gardait pour lui, refusant d’enseigner « des gros mots » à son fils.
Comme « La purée de nous otres ! ».
D’autres passaient plus volontiers quand on arrivait à « attraper » la prononciation adéquate.
« Tchi a ontondu, hein ? » pour « tu m’écoutes, hein ? » quand un ordre était signifié, avec de « on » prononcé curieusement que je n’ai entendu que chez certains juifs d’Afrique du Nord ou certains Arabes d’Algérie et qui pouvait aussi bien remplacer le « en » que le « in ».
Le « juif d’Afrique du Nord » étant circonscrit à deux bleds, Constantine et El Kantara pour les uns, Oran et Mostaganem pour les autres.
Mon père prononçait parfaitement ce son « on » étrange que je n’ai entendu plus tard que chez un Tunisien avec qui j’ai travaillé et qui « causait pied-noir » quand il était énervé.
C’était de fait plus une langue qu’un accent qui pouvait aussi bien enfanter des phrases comme « Qu’est-ce que tchi as oncore envonté ! » que « Tchu m’as bien ontondu ! »
Le tout agrémenté de « Moi j’te l’dis » pour appuyer ou pire, de « C’est vré c’que j’dis » qui annonçait un arrangement avec la vérité…
« La purée de nous otres ! Qu’est-ce qu’y m'fait r’monter ce tableau ! J’te jure ! »
Avec ce « u » prononcé entre « u » et « i »...

Commentaires

par ici on n'a entendu cet accent que dans des pub télévisées pour le couscous, avec une actrice dont j'ai oublié le nom mais qui garantissait que c'était bon "comme là-bas" ;-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Adrienne nous parle d'une chose qui hélas dure et perdure : Les pères n'aiment pas trop que leurs filles leur échappent.
Coincés entre colère et fierté...
C'est là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2022/09/26/v-comme-village-2/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Punaise, ça c'est de la tchatche !

Écrit par : Nina | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Alainx nous montre ce véritable oxymore : l'immobilisme reste hélas le moteur de l'humanité.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Fabie nous parle de combats ouvriers victorieux.
Ils s'éloignent dans le temps, depuis que l'équilibre des comptes est devenu l'horizon indépassable du débat politique...
C'est là :

http://monparcourscancerdusein.eklablog.com/greve-et-revendications-a213166687

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Gwen nous parle vaguement de vignerons mais surtout de la propension à faire payer par d'autres les demandes d'actes et les fuites d'eau du réseau...
C'est là :

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2022/09/26/39643914.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue rest effarée par le constat que les salariés et les matières premières sont toujours trop chers et le résultat net toujours trop bas !
C'est là :

http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2022/09/25/devoir-de-lakevio-du-gout-n-139-3274089.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Ah ! l'accent "pied-noir" ! Je l'ai entendu pour la première fois "en vrai" en 1958 quand un membre de ma famille est venu nous présenter sa jeune épouse pied-noir dont le patronyme alsacien me troublait, avant que l'on m'explique que ses ancêtres avaient quitté la France après la défaite de 1871 pour ne pas être allemands et s'étaient alors installés en Algérie.

Écrit par : Gwen | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Chez mes parents nous devions prononcer les mots de manière parfaite, pas question de "prendre l'accent" des régions où nous habitions.
Lorsqu'à 19 ans je suis allée habiter dans le Vaucluse, j'ai "attrapé" l'accent du Sud, j'ai réussi à les faire rire !

Écrit par : Fabie | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

ché po miou kel patau tc'ché mizot !

Écrit par : alainx | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Je reconnais là le patois de « min coin » ! Que je n’ai pas oublié, bien que nous ne le parlions pas, interdit pas mes parents… je ne comprends pas celui des charentais, employé seulement dans la campagne par les anciens… pourtant charentaise depuis 35 ans !

Écrit par : Francelyne | lundi, 26 septembre 2022

Tchi a ontondu, hein ?
Hé, Biloute, t'as entendu, hein !
Au fond, le parler "pied noir" ressemble au parler "ch'ti"
J'ai enfin fait mon devoir dans les temps.

Écrit par : julie | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Juliette nous remet en mémoire l'immuabilité des choses.
Les choses ne changent pas vraiment au cours des siècles...
Comme disait je ne sais plus qui "Plus ça change et plus c'est pareil..."
C'est là :

http://cearriveenfrance.over-blog.com/2022/09/devoir-du-lundi-apres-l-effort-le-reconfort.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Emilia-Celina nous fait un vrai devoir, un "devoir de mémoire" autrement sincère que les "devoirs de mémoire" dont on nous rabat les oreilles.
C'est là :

http://emiliacelina.canalblog.com/archives/2022/09/26/39644524.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Je ne parviens pas à me figurer réellement ce que ces conversations pouvaient donner. C'est surprenant ces prononciations, je ne les entendais pas pareil quand j'écoutais parler avec l'accent de là bas, "die" .
On ne peut pas dire que j'ai réellement participé aujourd'hui encore, même si j'ai esquissé un semblant de texte. Je suis tellement fière de moi que je ne vous dis même pas où aller le lire.

Écrit par : delia | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Delia évite avec talent le sujet proposé !
Mais ce qu'elle écrit est toujours sympa, alors je vous dis où c'est :

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/2022/09/le-gout-des-autres.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Raconte comment ton père et sa famille ont quitté l' Algériie. .

Écrit par : Nina | mardi, 27 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

Tu as fait toi aussi un devoir de mémoire...... tellement vivant !!!

Écrit par : Emiliacelina | mardi, 27 septembre 2022

Répondre à ce commentaire

J'étais absente je n'ai pu participer à ce devoir mais si j'ai le courage, je ferai bien un petit texte.
Avec le sourire

Écrit par : Lilousoleil | dimanche, 02 octobre 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire