Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 juillet 2016

Le petit ailleurs…

Je vous ai déjà parlé de la rue Caulaincourt ?
Il n’y avait pas dans cette rue qu’un café assez astucieux en 1964 pour avoir prévu une disposition de banquettes et de tables favorable au rapprochement de jeunes gens qui autrement fussent restés sur un quant à soi timide et muet.
Bien sûr il y avait aussi cette boutique où une dame qui avait au moins trois et même plutôt quatre fois mon âge poursuivait probablement l’activité d’un mari disparu.
Je revois encore cette étagère qui supportait les amplificateurs de l’époque.
Des appareils pleins de boutons et de petites glissières, tous ces petits artifices faits pour donner au son la couleur qui plaisait ou pour tenter d’en supprimer les défauts les plus criants.
Je revois aussi la dame, assez petite, sa coiffure faite d’une sort de casque argenté.
J’ai toujours dans les yeux ces « twin set » qu’elle portait invariablement d’octobre à mai.
De mai à septembre, elle les abandonnait pour des corsages encore qu’elle en portât parfois le gilet quand le temps était frais.
Oui Mab, dans les années 60, les femmes portaient encore des corsages, pas encore de « blouses » ni même des « chemises » bien qu’elles abandonnassent parfois ces « corsages » pour des « chemisiers ».
Elle avait en plus une patience d’ange pour le gamin curieux et questionneur que j’étais.
Peut-être avait elle un fils d’un âge voisin quoiqu’à y repenser c’était plus probablement un petit-fils.
Elle me faisait écouter ces appareils et, quand je lui demandais de les « mettre plus fort »,  elle me disait « mais non mon garçon, nous ne sommes pas seuls dans la rue et puis, ce n’est pas une fête foraine quand même ! »
Pour en revenir à cette rue Caulaincourt, elle consiste en trois tronçons assez nettement délimités.
Le début, qui passe au dessus du cimetière de Montmartre laisse derrière lui le « coin de voyous » qu’est la place de Clichy et va un peu plus loin que le croisement de la rue Tourlaque.
Une autre fois, je vous parlerai de la rue Tourlaque et de son prolongement qui mène à la rue Burq et pourquoi je l’ai empruntée maintes fois en revenant du lycée.
J’ai même beaucoup « lanterné » dans ces rues là au lieu de me précipiter à la maison pour faire mes devoirs au point que ma mère me dirait souvent à une époque « dis donc, mon garçon, tu es rentré à cloche-pied ? Et la monnaie des tickets de métro ? »
Puis, passée la rue Tourlaque, la rue Caulaincourt change d’aspect mais surtout d’ambiance pour devenir très bourgeoise, les immeubles y sont souvent en pierre de taille et les rez-de-chaussée occupés de petites boutiques de mode plutôt de qualité, pas encore de « bouffe bio » ni de succursales « de proximité », ces faux-nez de la grande distribution.
Ce tronçon de la rue reste très bourgeois jusqu’à la place Constantin Pecqueur.
Je ne m’étendrai pas sur cette place qui vit votre Goût planté là brutalement par un grand amour qui durait depuis au moins trois jours.
Ouaip, on ne donne pas Tristan et Yseult  tous les jours dans le XVIIIème des sixties…
Passée cette place, on arrive dans « mon » quartier.
Et ça se voit…
Si les immeubles restent beaux jusqu’au carrefour de la rue Lamarck, là où elle devient la rue Custine, la population change.
Ne serait-ce qu’à cause de la foule de ceux qui vont « aux impôts » pour demander « un délai ».
Arrivé là, à gauche il y a la descente vers la Porte de Clignancourt , face à soi, la proximité du boulevard Barbès puis à droite, la rue de Clignancourt qui mène à la « Place du Delta » aujourd’hui disparue et sans autre nom que celui du boulevard de Rochechouart.
Trois morceaux donc, tous arpentés mille fois, toujours regardés attentivement, tous pleins de souvenirs.
Depuis quelque temps j’ai envie de prendre à gauche et descendre vers la Porte de Clignancourt, rien que pour voir ce qu’est devenu ce coin qui m’a vu grandir et où je suis passé en coup de vent il y a peu en allant chez Imaginer.

Commentaires

Il faut absolument le faire ce trajet, et regarder ce qu'il est devenu.

Ça ne t'enlèvera pas tes souvenirs que tu restitues fidèlement ici. C'est juste que tu pourras éventuellement dire : c'était mieux avant...

Quoique.. finalement, je ne trouve pas une saveur particulière à ma petite enfance en pleine guerre, ni à mon adolescence d'après-guerre. Je ne m'y attarde pas.

Quand j'étais petite (je n'étais pas grande, comme dit la comptine) j'avais des corsages, souvent hérités de mes soeurs, puis plus tard je me suis offert quelques beaux chemisiers.

Allez Mab, dites-lui !!

Écrit par : Sophie | lundi, 25 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Donc évitons de parler des sujets qui fâchent et laissons tomber la place Constantin Pecqueur!

Écrit par : livfourmi | lundi, 25 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Marceau dit très souvent : dis donc !

Écrit par : Brigitte | lundi, 25 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

comment fais-tu pour te rappeler tous ces noms de rues ????

Écrit par : emiliacelina | lundi, 25 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Ben j'y ai grandi !

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 25 juillet 2016

Née en 44 tu penses bien que corsages, chemisiers, blouses, j'ai tout eu alors imagine quel bonheur ce fut quand j'ai mis le 1er t-shirt, quelle belle invention.

Écrit par : mab | mardi, 26 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Rue Tourlaque, rue Caulincourt, place Pecqueur. Comment veux-tu qu'on commente des rues qu'on ne connaît ni d'Eve, ni d'Adam ? Je sais, j'aurais pu commenter les corsages, les blouses les chemisiers, mais, le nom de tes rues avaient l'air d'être si importantes pour toi qu'on ne pouvait décemment pas les mettre de côté. Y'a que Barbès qui me parle. N'était-ce pas là qu'on trouvait un tati ?

Écrit par : julie | mardi, 26 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire