Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 novembre 2021

Devoir de Lakevio du Goût N°104.

Devoir de Lakevio du Goût_104.jpg

« À quoi rêvent les jeunes filles » se demandait Alfred de Musset.
Je me demande à quoi rêve celle-ci, dessinée par Norman Rockwell.
Et vous ?
À quoi pensez-vous en regardant son air inquiet ?
Dites-le lundi…

J’ai l’air fin devant ce miroir !
Je n’y arrive pas !
Il m’a dit qu’il m’attendrait jeudi à quatorze heures trente précises à la porte du lycée.
Depuis le temps que j’attendais qu’il me donne rendez-vous !
Il a enfin osé me dire « Tu ne veux pas venir avec moi au ciné, jeudi ? »
Je l’ai regardé avec l’indifférence qu’il fallait, évidemment, qu’il n’aille pas croire que…
On m’a renseignée, les copines de ma grande sœur m’ont prévenue  « si on a l’air gentil tout de suite, ils croient que « c’est dans la poche » alors il faut avoir l’air de s’en moquer. »
Mais maintenant je suis là, devant ce miroir, en chemise, avec les produits de maquillage de maman que j’ai pris dans la salle de bains.
Et je ne m’en sors pas !
Que va-t-il penser si je ne suis pas maquillée ?
Et si je suis maquillée, ce sera peut-être pire !
Il pensera peut-être qu’avec ce rouge à lèvres qui va si bien à maman, je suis une « fille facile ».
Mais si je viens comme ça, avec ma peau pâle, mes cils châtains et mes lèvres roses, il se dira peut-être « Mais quelle nunuche ! Qu’est-ce qu’elle est ordinaire ! »
Je sais… Je ne suis pas « à la page » mais voilà, je ne veux rien.
Je veux juste être à côté de lui.
J’aime ses yeux de biche, si noirs, comme ses cheveux.
Mon dieu qu’il est beau !
J’aimerais bien aussi qu’il me prenne la main.
Et s’il essaie de m’embrasser ?
Je ne sais même pas comment on fait !
Mais je verrai bien.
En attendant, je vais ranger les produits de maquillage avant que maman ne les cherche.
C’est lui que je vais voir, pas lui agrémenté de maquillage.
Alors j’irai comme je suis, si c’est moi qu’il veut voir, autant qu’il me voie sans afféterie…

vendredi, 12 novembre 2021

104ème devoir de Lakevio du Goût

Devoir de Lakevio du Goût_104.jpg

« À quoi rêvent les jeunes filles » se demandait Alfred de Musset.
Je me demande à quoi rêve celle-ci, dessinée par Norman Rockwell.
Et vous ?
À quoi pensez-vous en voyant son air inquiet ?
Dites-le lundi…

mardi, 09 novembre 2021

On fait du beau avec du lait…

tétée.jpeg

Hier j’ai écouté une émission que je n’écoute habituellement que d’une oreille distraite.
Mon attention a été attirée par un début d’opposition franche.
Il est toujours intéressant d’assister à un duel à fleurets mouchetés.
Surtout quand les mouches sont enduites d’acide…
Il était question de lait, des méfaits du lait selon l’un, des bienfaits du lait selon d’autres.
Bon, les dés étaient pipés au départ car l’un des intervenant est un ingénieur dans l’industrie agro-alimentaire, militant du végétarisme et adepte du soja pour toute nourriture.
Les autres n’ayant pas les mêmes idées et ne souhaitant pas se cantonner à la nourriture des porcs, le débat promettait d’être animé.
Les autres étaient un aréopage comprenant une journaliste de magazine de vulgarisation scientifique, une directrice de recherche de l’INRA, un médecin et un historien.
Le chantre du soja a avancé des études sur les risques de la consommation de lait.
Les disant cause de cancers et d’autres pathologies terribles.
Il m’a rappelé des « études » présentées par l’industrie du tabac tendant à démontrer que la consommation de lait causait plus de dégâts sur la santé que la clope.
Selon le « sojaïste », le lait était absolument inutile et surtout dangereux.
La chercheuse et le médecin n’étaient évidemment pas d’accord et opposaient des arguments apparemment fondés sur des études qui n’étaient pas entachées par le risque du conflit d’intérêt.
L’historien avait rappelé benoîtement que le lait était un aliment consommé depuis des millénaires et n’avait pas causé la disparition des espèces qui s’en nourrissaient.
Le « sojaïste » lui opposa que les humains avaient tort parce que le soja ne présentait aucun des risques du lait.
D’ailleurs il en donnait pour preuve sa santé éclatante et son végétarisme.
Il avait manifestement oublié les biberons qu’il avait englouti bébé et le fait divers de parents italiens qui avaient envoyé leur bébé ad patres pour avoir suivi ce genre de précepte…
J’entendais les autres intervenants douter qu’il eût raison et lui opposaient d’autres arguments essentiellement protéiques et nutritionnels.
Aucun n’a pensé à Lamarck, le type qui a donné son nom à la rue à l’angle.
Ce Lamarck avait conclu son étude à lui par « La fonction crée l’organe ».
Ce qui m’a évidemment amené, pauvre ignorant de toutes ces choses, à me poser la question que les autres n’avaient pas posée.
L’amateur de soja pensait-il que les femmes sont dotées de seins uniquement pour occuper les mains des hommes ?
Peut-être même pensait-il que c’était un peu comme les petites voitures « Dinky Toys » ou les « Majorette » qui sont prévues pour que les garçons et les papas jouent avec…

dinky toys.jpg

lundi, 08 novembre 2021

Devoir de Lakevio du Goût N° 103

la boulangère_Millet.jpg

Millet a peint cette boulangère avec le génie qu’on lui connaît.
Mais que fait réellement cette boulangère ?
Où est donc le boulanger ?
Je me demande si…
Mais d’ici lundi, les idées foisonneront peut-être.
Je l’espère…

Enfin !
J’en vois le bout !
Mais j’ai peur… Bon sang que j’ai peur…
Ce fut long, très long, extrêmement long.
Tous ces morceaux, pas trop gros, il fallait qu’ils tiennent sur la palette pour les mettre à l’endroit le plus chaud du four.
Tous ces rôtis à préparer les uns après les autres, ces travers à griller, ces cuisses et ces filets à rôtir…
Quel travail !
Mais ce fut le coup de trop.
La cuite de trop, de celles qui le rendait mauvais.
Alors, quand il a tangué, après m’avoir arraché une touffe de cheveux, je l’ai poussé violemment.
Il est tombé, la tête sur le bord du pétrin.
Mon dieu ce « Craaaac » quand son crâne a frappé le bord du bac…
Puis ce choc mou quand il est tombé sur le sac de farine.
Je suis restée bête devant cet homme qui saignait dans la farine.
Puis j’ai regardé l’espèce de sauce qui se formait.
La sauce des ragoûts quand on y ajoute un peu de farine.
Ça ressemblait vaguement à celle du « canard au sang », en plus vif.
C’est là que j’ai eu l’idée…
Nous sommes samedi, je vais préparer des rôts et des plats de viande.
Ils partiront comme mes petits pains du vendredi.
J’espère avoir tout vendu samedi soir sinon l’atmosphère de la boulangerie deviendra rapidement nauséabonde.
J’ai quand même l’impression que je m’y suis mal prise.
J’aurais pu faire autrement, c’est sûr, avoir un geste apaisant au lieu de me rebiffer comme ça.
Ma mère me l’a toujours dit.
« Toujours pressée ! Réfléchis avant de te lancer, bon sang ! »
Elle n’avait pas tort…
Là, c’est juste que je me demande si c’est moi qui ferai la fournée suivante.
Je crains bien qu’elle ne finisse avec « le pain sur le dos » dans la vitrine.
Et que le bourreau ne se soit déplacé pour moi…

vendredi, 05 novembre 2021

103ème devoir de Lakevio du Gout

la boulangère_Millet.jpg

Millet a peint cette boulangère avec le génie qu’on lui connaît.
Mais que fait réellement cette boulangère ?
Où est donc le boulanger ?
Je me demande si…
Mais d’ici lundi, les idées foisonneront peut-être.
Je l’espère…