Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 12 août 2017

« Vingtage »

ruedugreniersaintlazare.jpg

L’impensable est arrivé !
Heure-Bleue a enfin acheté des chaussures !
Il a suffi
 d’examiner attentivement la semelle des seules savates chaussures qu’elle supportait et de trouver où était la boutique de ceux qui distribuaient ces merveilles.
Nous sommes donc partis bras dessus bras-dessous au forum des Halles.
Sur le chemin nous nous sommes arrêtés chez Lina’s place des Victoires dont nous préférons les sandwiches à ceux de « Prêt à Manger ».
Le Lina’s est juste face à la rue Hérold.
Il m’est alors revenu que quand j’étais gamin, même pas adolescent, il y avait dans cette rue une école qui se faisait fort d’enseigner l’électronique en un temps record.
J’ai appris plus tard à mes dépens qu’il fallait quand même un peu de temps pour saisir les arcanes de cette merveilleuse discipline…
Nous avons donc traversé la rue Etienne Marcel et pris la rue du Louvre pour atteindre le forum des Halles par « le bon bout ».
Une fois de plus, hélas, la lumière de mes jours a réussi à m’entraîner là où elle voulait.
C'est-à-dire pas là où il fallait…
Ce sens de l’orientation qui fait habituellement défaut à Heure-Bleue avait encore frappé.
Je me suis demandé pourquoi ce forum, qui était déjà assez laid, avait été enlaidi de façon sensible par un bidule, une espèce de couverture épouvantablement moche, qui gâchait la vue des habitants des immeubles alentour.
Les gens qui se pressent dans le coin ont toutefois une chance insigne : Les « artistes » qui ont conçu la « canopée » n’ont pas jugé utile d’abattre Saint Eustache qui risquait d’en gâcher la perspective.
Nous avons, après une assez longue promenade, trouvé la boutique où elle était censée être et Heure-Bleue a enfin acheté « les » chaussures.
Et même deux paires !
Espérons qu’Heure-Bleue les supportera…
Puis nous avons repris nos pérégrinations en direction cette fois de la rue Rambuteau.
Eh bien, une fois traversée la rue Beaubourg, la rue Rambuteau où nous voulions boire un café, était quasiment déserte et seuls une boulangerie et un « cours des halles » étaient ouverts.
Il nous a fallu avancer jusqu’à la rue des Francs Bourgeois pour trouver un café où un jeune homme absolument charmant et gay comme un pinson, nous a servis.
J’ai attendu vainement que la lumière de mes jours se lance dans son aria favori du mois d’août, celui qu’elle appelle « Le grand air de la fermeture annuelle ».
Mais non, même pas, tout se perd…
Dans une vitrine, nous avons vu des habits « vintage » neufs.
Les années cinquante et le début des sixties avec ses robes « vichy » nous sautaient à la figure et nous poussaient presque à soupirer.
Deux détails nous ont hélas ramenés sur terre.
Les prix et le fait que tous ces vêtements ne pouvaient être portés que par des jeunes filles de moins de vingt ans.
Des habits « vingtage » en somme alors que nous sommes nous-mêmes « vintage ».
Puis nous sommes repartis, flânant le long de la rue Beaubourg, jusqu’à la rue du Grenier Saint Lazare.
Nous avons tenté de nous remémorer les boutiques disparues depuis les années soixante-dix.
Ça nous a occupés jusqu’à l’arrivée du 29…

vendredi, 11 août 2017

Le voisin qui ne dit rien mais qu’on sent.

De rien, Mab
On a un voisin qu’on ne connaît pas.
Il m’est arrivé de le croiser au rez-de-chaussée.
Il se contente d’un bref hochement de tête quand je le salue.
Je l’ai repéré à autre chose que son mutisme.
C’est lui qui remplit la cage d’escalier et l’ascenseur.
Comment je le sais ?
Justement parce que je ne le vois plus.
Il doit être parti en vacances.
Depuis, il a été remplacé par quelqu’un d’autre qui cuisine des choses autrement tentantes.
Des plats qui parfument jusqu’à la rue de senteurs d’ail et d’herbes, des fragrances qui vous donnent faim rien qu’à aller chercher le pain.
Mais pourquoi diable vous dis-je tout ça, lectrices chéries ?
Mais justement, à cause de ce changement radical des senteurs du voisinage !
Lui, enfin, l’autre qui ne dit rien mais qu’on sent, remplissait la cage d’escalier et l’ascenseur d’une odeur de poisson frit.
Tous les jours que dieu fait, il fait frire du tilapia ou du panga.
Et ça pue.
C’est dommage car une friture, ça peut être délicieux.
A y réfléchir, une friture de vairons me satisferait grandement.
Aahhh… Les vairons, ces petits poissons de rivière, si bons.
Ces petits poissons dont la pêche ne se faisait pas à la ligne, trop gourmande en patience et trop aléatoire.
Non, que je vous explique, lectrices chéries.
Il vous faut une rivière peu profonde, suffisamment peu pour que l’eau en soit courante, transparente et vous monte au plus aux genoux.
Vous prenez une bouteille de vin dite « bordelaise » de verre blanc.
Vide évidemment.
Vous en cassez le fond de l’entonnoir, juste le fond, avec un clou.
Vous mettez des morceaux de mie de pain dans la bouteille, un bouchon dans le goulot et vous y attachez une ficelle au col.
Vous allez dans la rivière et y posez la bouteille, le bouchon vers l’aval et le cul vers l’amont car le vairon est idiot, il ne sait pas reculer.
En revanche il est gourmand voire goinfre et entre dans la bouteille pour  manger.
Au bout d’une à deux heures vous attrapez la ficelle et récupérerez la bouteille.
Vous en retirez le bouchon et faites passer les vairons dans votre petit seau plein d’eau car le poisson vivant reste plus facilement frais que le poisson mort.
Surtout en été, surtout en vacances où a plein d’autres choses à faire, comme sasser du sable avec une passoire ou essayer s’intéresser aux différences entre les garçons et les filles.
Rien qu’avec ces jeux divers, l’après-midi passe vite et on peut relever la bouteille deux ou trois fois.
Vous rapportez la pêche chez vous, vous ne vous étalez pas trop sur les autres occupations et vous convainquez vos grand’ mères ou vos tantes de préparer un dîner d’enfer avec ces petits poissons qu’on n’a évidemment pas le droit de pêcher de cette façon.
Aaahhh… Ces après-midi passés pour moitié à pêcher et pour moitié à pécher…
Alors vous comprenez bien, lectrices chéries, combien peut être repoussante l’odeur du panga et du tilapia frits en quantité.
Rien à voir avec le vairon.
Mais c’est peut-être une affaire d’années après tout…

mercredi, 09 août 2017

Comme il vous plaira…

Mais ne vous imaginez pas que ça va durer l’éternité plus un jour, hein…
Bon, il faut que j’écrive, affaire de discipline…
Et puis comme personne ne semble écrire, il faut bien que certains s’y collent.
Hmmm ?
Alors, que je vous dise, lectrices chéries :
Hier, on est allé à Paris.
Faisait un temps de mince…
Météo-France avait-elle menti ou bien ne fait-elle que supputer ?
Elle avait prévu « averses ».
Ce fut une promesse de candidat.
Nous prîmes le train sous un ciel bas et lourd qui pèse comme un couvercle mais sans pluie.
Nous sortîmes du train sous la verrière magnifique mais sale de Saint-Lazare.
Une Heure-Bleue surprise m’a dit
- Regarde Piggy la cochonne !
J’ai failli prendre en photo ce bonbon grassouillet mais je n’ai pas osé.
La lumière de mes jours, toujours au courant des mouvements de la mode m’a renseigné :
- Ce sont des « manga girls » !
Puis, garce a ajouté :
- Bon, celle-là c’est juste une gravosse ridicule en rose…
De fait, elle était en rose de la tête aux pieds, même les cheveux et les chaussures.
Tenaillés par la faim, nous sommes allés chez « Prêt à Manger » où je me suis brûlé avec un truc prétendument « archi frais » alors qu’il était « archi chaud ».
J’ai expérimenté le café « bio » de l’enseigne.
Il est immonde. Un breuvage qui a sans doute concouru à la victoire du Brexit…
Puis le soleil est apparu aussi soudainement qu’il disparut dès qu’on est arrivé sur le boulevard Haussmann, histoire de nous doucher jusqu’aux Galeries Lafayette.
« Mais pourquoi les Galeries Lafayette ? », vous dites vous, lectrices chéries.
Eh bien parce qu’on y fait pipi gratuitement dans des toilettes propres et éclairées alors quand dans le Passage du Havre, il faut payer un €uro pour pisser dans des toilettes douteuses et crépusculaires.
En sortant, l’Opéra était tout proche alors nous sommes allés chez Clooney faire le plein de café.
Un couple près de l’arrêt du 42 a attiré mon attention tant  il était courbé sur elle qui s’accrochait à lui.
Ils avaient tous deux une bonne quarantaine d’années et ils se roulaient une pelle quasiment d’anthologie au milieu du trottoir, ignorant la foule.
J’ai regardé un peu plus attentivement leurs mains, non qu’elles fussent baladeuses mais pour vérifier le soupçon.
J’ai remarqué les alliances.
J’ai pensé que s’ils étaient mariés tous les deux, ce n’était probablement pas ensemble…
- Tu as vu ma Mine ? Ils nous jouent « Paris au mois d’août » !
Toujours romantique, elle m’a répondu :
- Tu vas voir, Minou, il va prendre « le train des cocus » à Saint-Lazare.
Elle m’a réexpliqué de quoi il s’agissait pendant que je regardais le couple.
Le train du vendredi soir qui arrive à Trouville, ramenant auprès d’épouses en vacances leurs maris pour le weekend…
Je me suis dit que l’espèce humaine faisait preuve d’un entêtement tenace dans la recherche des ennuis…

lundi, 07 août 2017

Décalcification ou service hâté ?

De rien, Mab, de rien...

lakevio.jpg

Mais qu’allait-on faire là-bas ?
« Prendre le thé » m’avait elle dit quand je lui ai demandé.
Le thé…
« Elle a quelque chose à me confier. » a-t-elle ajouté.
Chouette maison.
Très chouette jardin.
Et immense en plus…
Comme chaque fois qu’il fait beau, que je vois de la verdure, l’ombre des arbres et des buissons, il me vient des tas d’idées qui n’ont rien à voir avec le jardinage.
Hélas, j’en ai fait part à ma camarade de vie.
Ça s’est soldé par, dans l’ordre :
- Un haussement d’épaule.
- Un soupir désespéré.
- Une tape sur la main.
Puis elle a conclu :
- Mais sois sérieux de temps en temps, voyons ! 
- Mais je suis sérieux !
Là, j’ai eu droit à un sourire.
Puis on nous a accueillis.
Le temps s’est fait long, on m’a prié élégamment d’aller visiter le jardin.
Le moment était sans doute venu de la confidence qui avait amené ici ma moitié.
Je suis donc sorti.
Honnêtement, il était temps, après toutes ces tasses de thé.
Ce qu’on raconte sur le thé est tout à fait justifié.
Je me suis hâté jusqu’à l’arbre et me suis dissimulé derrière, tenaillé par une sévère envie de pisser.
Et c’est là que j’ai pu mettre le doigt sur…
Sur ce qui me tracassait depuis qu’on importe des jeans et des caleçons de contrées improbables où les hommes devaient être bizarrement foutus.
J’ai compris soudain l’agacement qui me prend chaque fois que je me trouve devant un urinoir.
Les caleçons ont une ouverture trop courte et mal placée.
On y gagne sans doute les précieuses secondes de main-d’œuvre qui feront défaut quand on ira pisser…
Quant aux jeans, alors qu’une fermeture Éclair plus longue de quatre centimètres rendrait la chose aisée voire confortable, le fabricant a vu immédiatement  que les quatre centimètres qu’il ne mettrait pas lui feront économiser vingt kilomètres de fermeture Éclair pour un lot de cinq cent mille jeans.
Le temps de toutes ces estimations m’a donné celui de m’attraper la… le… Bref.
J’ai même eu le temps de me demander comment diable étaient foutus les Bangladais.
C’est à ce moment que ma camarade de jeux s’est mise à la fenêtre et m’appela d’une voix joyeuse.
Nous avons remercié la tante et pris congé.
- Alors, pourquoi diable tenait-elle tant à te voir ?
- Pour me dire que j’étais sa légataire universelle et qu’elle venait de me faire une donation.
Je ne sais pourquoi j’ai tout de suite pensé à des jeans Hermès et des caleçons Clémence de Gabriac…

samedi, 05 août 2017

Hors sujet...

alma-tadema_tepidarium.jpg

Je viens de passer chez Lakevio.
Évidemment, elle a fait exprès de trouver une œuvre d’une platitude consternante espérant sans doute que je vais lui trouver de quoi susciter un petit intérêt.
Alors que sur cette toile de Sir Lawrence Alma-Tadema, j’en aurais eu à raconter, nom de dieu !
Comment diable veut-elle que je dise quoi que ce soit lundi ?
Alors que sur cette jeune femme, rêvant, il y a bien des choses à dire.
Je ne sais pas pourquoi il a appelé son œuvre « tepidarium » alors qu’on peut en dire bien des choses sauf qu’elle est tiède.
Au contraire…
Avez-vous vu les yeux clos et l’abandon satisfait de cette jeune femme ?
Vous avez vu sa bouche entrouverte ?
Ne parlons de la malchance qui veut que sa main détendue n’échappe le plumeau qui servit sans doute à l’éventer.
Je me perds en conjectures sur l’instrument qu’elle tient de la main droite.
Mais je parierais volontiers qu’il est la cause de son apparente mollesse…
Bon, je verrais bien lundi matin ce que je peux tartiner sur cet « Été à Cumberland ».
Tout de même, Lakevio, fais un effort pour trouver quelque chose qui m’inspire…