Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 janvier 2021

66ème Devoir de Lakevio du Goût.

Devoir de Lakevio du Gout_66.jpg

Mais qu’est-ce qui a bien pu surprendre cet homme, l’affoler au point qu’on le pense fou ?
Vous avez certainement une idée.
On en saura sans doute plus lundi…

 

jeudi, 28 janvier 2021

Entre deux zoos…

20190807_110657.jpg

J’ai reposé ce bouquin parce que nous nous sommes lancés dans une véritable Odyssée !
Oui ! On est sorti hier !
C’était chouette car la température était clémente.
En passant devant la gare Saint Lazare, c’était désolant.
Peu de monde, que des voitures tournant au ralenti, à l’arrêt rue de la Pépinière.
Personne devant la gare.
Je me suis fait honte en pensant « c’était mieux avant »…
C’était surtout que le temps où l’agent de police qui faisait « planton » devant la gare vers six heures du soir n’avait pas intérêt à se laisser distraire.
Une seconde d’inattention et, hop ! Emporté par la foule, il finissait à Colombes comme de le dire…
La lumière de mes jours m’a offert un pull, un chouette col-roulé en cachemire !
En plus il y a eu distraction devant les portes.
C’était super chouette ! Il se passait enfin quelque chose !
Une dame essayait d’expliquer de façon convaincante à un vigile méfiant qu’elle n’était pour rien dans la différence entre le contenu de son sac et le ticket de caisse qu’elle brandissait.
Un ticket d'une brièveté confondante.
Surtout comparé au contenu du sac !
On eut dit le mien quand le Ministère de la Défense m'avait convié pour trois jours.
Ma mère m’avait préparé un sac de marin !
Un truc énorme, plein comme si je partais au Vietnam pour huit ans au moins...
Bref...
Comme il nous fallait bien faire notre marche quotidienne, j’ai accompagné Heure-Bleue qui voulait un bouquin.
Évidemment, elle en a pris deux.
Des fois que…
Bon, en réalité, inquiétés par les tergiversations des ministres, du gamin qui fait office de porte-parole et encore plus par le silence de Jupiter, nous avons profité du sursis probablement bref accordé du bout des lèvres gouvernementales pour nous promener.
Le retour en bus nous a apporté la preuve de l’incommensurable bêtise de certains…
Nous nous sommes cantonnés à un silence prudent car nous ne sommes jamais sûrs de ne pas faire partie de cette regrettable catégorie.
Finalement, nous sommes revenus car la vitesse à laquelle le temps passe à fait qu’une fois de plus nous avons échappé de peu à une contravention pour non respect du couvre-feu.
Mais c’était quand même bien…

lundi, 25 janvier 2021

Devoir de Lakevio du Goût N° 65

Devoir de Lakevio du Gout_65.jpg

En voyant « Le pêcheur à la ligne » de Renoir, m’est venue une question. 
Mais que peuvent-ils bien penser, l’un et l’autre.
Ou l’un ou l’autre.
L’une ?
L’autre ?
Tentez donc de pénétrer leurs pensées d’ici lundi.
Je vais m’y efforcer aussi.
À lundi…

 

Il jeta sa ligne et haussa les épaules « Il n’y a pas un chat à l’horizon, si seulement j’osais… »
Elle feuilleta distraitement son journal et se dit « Il pourrait se soucier un peu de moi… Qu’il a l’air emprunté, comme ça, immobile… »
Elle tira sur son jupon, découvrant ainsi deux chevilles ravissantes, se tourna un peu, toussota délicatement, fit un peu de bruit en froissant le journal.

Il se retourna, fut immédiatement attiré par la chair attirante de ces chevilles qui n’avaient jamais vu le soleil.
Il chercha où et comment placer sa ligne et, exprimant mal sa pensée, dit bêtement en s’agenouillant à son côté « Ma mie, voulez-vous me la tenir ? »
Elle pensa « Ah ! Tout de même ! » et tendit la main vers le pantalon de son mari…
Depuis leurs arbres les oiseaux purent entendre des « Oooohhh… » des « Aaahhh… ».
On entendit par moment « Mais vous n’y pensez, pas mon ami ! »
Puis « Ma mie… Je vous en prie… »
Après quelques minutes les oiseaux s’arrêtèrent, dérangés par un « Oh mon dieu… » pourtant dit d’une voix mourante.
Puis elle dit doucement « Vous… Voyons mon ami ! Voulez-vous vraiment ? Ça ne me semble pas très convenable… »
Il la pria « Ma mie, je vous en prie… Ce n’est pas convenable dans une église, certes mais ici… Et puis Ovide en parle dans son ouvrage... »
« Bon… » dit-elle, curieuse tout de même.
Après un moment d’un silence troublé seulement par un froissement de tissu, comme l’écrivit Maupassant « Elle poussa un gémissement tellement profond qu’on l’eût pris pour l’adieu d’une âme. »
Il dit « Qu’il est agréable de pêcher ainsi, nous recommencerons. »
Elle dit « Qu’il est agréable de pécher ainsi, nous recommencerons. »

vendredi, 22 janvier 2021

65ème Devoir de Lakevio du Goût

Devoir de Lakevio du Gout_65.jpg

En voyant « Le pêcheur à la ligne » de Renoir, m’est venue une question. 
Mais que peuvent-ils bien penser, l’un et l’autre.
Ou l’un ou l’autre.
L’une ?
L’autre ?
Tentez donc de pénétrer leurs pensées d’ici lundi.
Je vais m’y efforcer aussi.
À lundi…

jeudi, 21 janvier 2021

Le Tartuffe.

Vous connaissez Xavier Gorce, lectrices chéries ?
Mais si, sûrement, il dessine, plus exactement dessinait pour « Le Monde » des choses comme ça :

enfants esclaves.gif

Il m’est arrivé de n’être pas d’accord avec le journal mais jamais je n’aurais pensé qu’il abandonnerait face aux tribunaux populaires qui peuplent les réseaux sociaux.
Xavier Gorce a l’art de mettre un doigt ricaneur sur nos tartufferies.
Il le faisait jusqu’hier dans un journal qui s’est trompé parfois, comme en mars 1968, une semaine avant que « Dany le Rouge » ne fonde le « Mouvement du 22 mars » qui allait s’épanouir pleinement deux mois plus tard quand il a titré ça :

lemonde03_1968.jpg

« Le Monde » s’est trompé parfois mais au moins ne gaspillait pas ses sous en photographies, tentait de rester rationnel et pour cela faisait appel à des « plumes » réputées pour leur esprit pénétrant.
Las, hier ce journal a décidé de censurer Xavier Gorce sous la pression des juges autoproclamés des réseaux sociaux.
Quand la « bien-pensance » remplace à elle seule la police et la justice, on devrait se méfier.
Chaque fois que ça s’est produit, sont arrivées des milices, rapidement suivies et soutenues par la police et la justice, ces dernières perdant le sens de leur nom illico.
Chaque fois que je lis « les internautes sont indignés », je me demande ce qui a pu les indigner.
Surtout quand je sais qu’ils se délectent de vidéos de meurtre ou autres sévices et que les « modérateurs » qui se révèlent plutôt « censeurs » suppriment tout soupçon de poil pubien ou d’aréole sur une image.
Et ces « internautes » – comprenez « les andouilles qui s’érigent en juge de n’importe quoi » – font plier des media qui publient des dessins qui ne sont cruels que parce qu’ils les décrivent dans leur imbécillité.
« Le Monde » devait-il vraiment se confondre en excuses sur ce dessin à quoi on ne pouvait guère que reprocher de pointer le doigt sur la bêtise de ces « indignés de profession » qui vivent dans un monde qui n’est peuplé que de « quelquechosophobes » ?
Doit-on vraiment baisser les bras devant cette armée de « gnangnans » pisse-froid et féroces qui font preuve d’une étroitesse d’esprit qui fait passer les fidèles de Saint Nicolas du Chardonnet pour un forum libertaire ?
Personnellement, j’aimais bien ce dessin.
Peut-être justement parce qu’il montre à quel point on peut se poser des questions pile-poil à côté du sujet…

140824643_10159473726297642_8632546785312055531_n.jpg