Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 11 novembre 2017

La mie retrouvée…

20171107_162947.jpg

La lumière de mes jours a tenu hier après-midi à se lancer dans l’aventure : Aller dans « le mauvais côté » du XVIIème qui est à quelques centaines de mètres de notre havre, là où tout est calme, luxe et volupté…
Plutôt que remonter la rue Lamarck comme d’habitude car nous avons déjà des habitudes, nous l’avons descendue jusqu’à l’avenue de Saint-Ouen.
Comme Heure-Bleue est assez bégueule, elle a profité du premier croisement pour changer de direction.
Là, même Legendre n’a droit qu’au titre de passage avant de prendre son vrai nom de rue.
Heure-Bleue a alors soupiré de soulagement car bien que née dans le XVIIème, la physionomie du coin est assez différente de son quartier d’origine pour qu’elle perde le peu de sens de l’orientation dont elle est dotée.
Nous sommes donc remontés d’un pas plus léger vers « son » quartier pour sacrifier à  la cérémonie habituelle du café au « Café d’ID ».
Celui qui nous mène immanquablement chez le boulanger à la baguette délicieuse et aux « Saint-Honoré de la mort qui tue ».
Qui, évidemment, se trouve sur le chemin du Monop’ de la rue de Lévis, à deux pas de la place Villiers que tout le monde appelle comme ça alors qu’elle porte son vrai nom depuis 1907.
Nous nous sommes quand même décidés à prendre le 30 jusqu’à la place de Clichy et sommes revenus à la maison.
Nous avons dîné tranquillement en papotant de choses et d’autres en ignorant le babillage de la télévision.
On a commencé à regarder un truc qui nous a agacés rapidement…
Heure-Bleue m’a dit alors :
- Ben moi je suis bien contente d’être une fille !
C’est quand j’ai répondu « Moi aussi ! » que la lumière de mes jours m’a regardé bizarrement.
C’est là aussi que j’ai compris qu’elle ne l’avait pas entendu comme je le disais.
Mais nous ne nous comprenons pas avec constance depuis si longtemps…

Commentaires

Comme Heure Bleue. Pareil !

Écrit par : Berthoise | samedi, 11 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je vais aller rechercher mon vieux plan de Paris o;)

Ah ! Si je pouvais aller vivre à Paris... Enfin, je ne sais pas, peut-être qu'il y a beaucoup de mouvement, de bruit, mais quand même, déjà, j'adorais le métro parisien. Sur pneus, ça me fascinait. Et tous les soirs, heureux, mais claqués, lors de mon premier séjour, nous dînions dans une brasserie des Champs Elysées (je ne me parviens plus à me rappeler son nom, c'était très style années 70, cuirs rouges, acier, et le reste à l'avenant) où je prenais une andouillette grillée / pommes allumettes et un citron givré - ce qu'on ne trouvait jamais chez nous.

Vous me faites saliver, je me demande ce que cela me ferait de déménager... Je devrais forcément aller dans quelque chose de plus petit... Mais du coup, sur les sites immobiliers, on ne trouve plus que des flats de 35 m2 dans des Résidences services pour seniors et je suis quand même un peu jeune pour aller dans une résidence services...

Écrit par : Pivoine | samedi, 11 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je suis comme Heure Bleue, éclaire notre lanterne stp, qu'entends-tu par moi aussi je suis content.e d'être une fille ??? (Ou alors ne dis rien, peut-être qu'un jour mon franc tombera, enfin, mon euro, ou mon cent...)

Écrit par : Pivoine | samedi, 11 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas dit "je suis content d'être une fille".
J'ai dit "moi aussi" comme "moi aussi, je suis content que tu sois une fille".

Écrit par : le-gout-des-autres | samedi, 11 novembre 2017

Yaaah ! je viens de comprendre à l'instant o:))) comme tu peux t'en douter, aujourd'hui, j'ai une cervelle en mou de veau (il ne s'agit pas de rencontrer un chat, dans ce cas, car couic, il ne ferait de moi qu'une bouchée) !

Écrit par : Pivoine | samedi, 11 novembre 2017

Moi, j'avais bien compris, la - la - la - lalère !!!

Je vous suis assez facilement dans vos pérégrinations, mais il faut aussi quelquefois que je me fasse une piqûre de rappel.

J'ai fréquenté le bld Malesherbes, enfin fréquenté c'est beaucoup dire, c'était notre lieu de rendez-vous avec un ami qui était rédac. en chef d'un hebdo ...

C'est assez huppé dans le coin.

Au fait, il n'y a pas un Monop rue de Villiers ??? mon ophtalmo avait alors son cabinet par là (avant de déménager face au parc Monceau) et en attendant l'heure de mon rendez-vous, j'allais farfouiller dans des rayons pleins à craquer !!!

Écrit par : Sophie | samedi, 11 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

C'est le même, il a une issue avenue de Villiers et une autre rue de Lévis.
Il est en deux morceaux.
L'autre morceau, dédié à la bouffe, a une issue à l'angle de la rue de Lévis et de la rue des Dames

Écrit par : le-gout-des-autres | samedi, 11 novembre 2017

J'adore l'inscription sur l'ardoise,

(on dirait du Zaz)

Écrit par : Sophie | samedi, 11 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je rejoignais souvent mes enfants (c'était pratique pour eux et moi) à Villiers et nous déjeunions dans un petit resto dans une rue en face du monop'. Le saint honoré est mon gâteau préféré, dommage que je ne l'ai pas su...

Écrit par : col/ang | samedi, 11 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Saint-Honoré de la mort qui tue... Aux framboises? C'est où? C'est où?

Écrit par : livfourmi | lundi, 13 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire